Barcelone l’emporte face au Pana à l’étouffée

Dans la douleur et après prolongation, le FC Regal Barcelona s’est défait d’une équipe du Panathinaikos très proche de l’exploit.

Sans étincelles, le FC Barcelone a fait parler sa puissance pour venir à bout, en prolongation, du Panathinaikos. Pourtant portés par un Palau Blaugrana chauffé à blanc, les Catalans s’en sont trop souvent remis à leurs individualités pour s’extirper des griffes d’un adversaire qui avait bien potassé son sujet. Invisibles pendant la majorité de la partie, Juanca Navarro (14 pts) et surtout Victor Sada (13 pts) se sont montrés extrêmement précieux en rentrant des paniers clutchs au moment même où les grosses défenses se répondaient.

Mais le grand bonhomme de la soirée côté culés restera sans nul doute Sarunas Jasikevicius (11 pts, 5 pds). Revenu en Catalogne pour apporter son expérience et sa vista, le maître à jouer lituanien a mis de l’ordre dans le jeu des siens, à la suite d’un troisième quart-temps catastrophique. Toujours dans le bon tempo, parvenant à distiller les bonnes passes tant pour ses extérieurs que pour Ante Tomic dans la peinture, l’ex-sixième homme du Pana a montré qu’il avait conservé de très beaux restes malgré ses 37 printemps.

Autre Barcelonais à sortir la tête de l’eau, Ante Tomic (13 pts, 12 rbds) a fait montre de tout son toucher de balle face à Schortsanitis et Tsartsaris. Impérial dans le second quart-temps, au moment même le Barça recollait au score après un début de match raté, le Croate n’a jamais failli. Sauf peut-être sur la toute dernière action du temps réglementaire, lorsque son manque de dureté l’a conduit à voir son ballon être contré en très (très) haute altitude par James Gist (14 pts, 4 rbds).

Et puisque les role players ne doivent eux-aussi pas être oublié, il est à noter la grosse débauche d’énergie de CJ Wallace en sortie de banc. Erazem Lorbek, fantomatique lors de ses 19 minutes sur le parquet – puis benché par Xavi Pascual par la suite – peut en prendre de la graine. Si adroit et technique l’an passé, l’intérieur slovène peine à confirmer cette année. Nul doute qu’une telle apathie dans les grands rendez-vous, du fait de son gros contrat, ne sera plus tolérée très longtemps.

Pour le Panathinaikos, en revanche, la déception est sans doute très présente. S’il peut être noté que l’arbitrage s’est parfois avéré très tatillon et donc handicapant pour une formation en manque de rotations solides, la volonté de pousser le FC Regal à la faute y a toujours été (sauf dans le second quart-temps). Emmenée par un Roko Ukic (9 pts, 7 pds) agressif dans l’attaque du cercle et parvenant à gaver de ballon les bondissants Gist et Lasme (14 pts) pendant de longues minutes, la Green Team a su retrouver le Dimitris Diamantidis des grands soirs dans le money time (10 pts, 7 rbds, 3 pds).

Malheureusement, touchée par les fautes sur des joueurs importants (Lasme, Maciulis), la formation hellène n’a pas pu imprimer la même dureté dans les toutes dernières minutes, offrant ainsi une petite faille dans laquelle Barcelone s’est bien vite engouffré.

Score final : 72 – 70 (ap).

Tags : , , , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires (12)

  1. Jredd

    ARBITRAGE SCANDALEUX!

  2. MagicCunt2012

    Les grecs qui se plaignent de l'arbitrage…sérieux ?

  3. basketamigo

    changez vos lunettes……vous avez vraiment besoin, votre fanatisme vous rend aveugle et pas forcement intelligent