Le jour où Luka Doncic s’est fait un nom en NBA

Prospect brillant, Luka Doncic a frappé un premier grand coup quelques semaines après son arrivée avec une performance héroïque contre les Rockets.

Il n’y a pas besoin de remonter vingt ans en arrière pour retrouver la trace de performances étincelantes et pourtant déjà oubliées. Avec internet, tout va tellement vite. Le carton d’hier est déjà obsolète. Aujourd’hui, tous les amateurs de NBA ont bien conscience que Luka Doncic est un phénomène et l’un des meilleurs joueurs de la planète.

Mais qui se souvient à quel moment la ligue a senti que la « hype » du slovène était belle et bien justifiée ? De cette action ou ce match qui a fait basculer le jeune homme dans une autre dimension ? Peut-être que ça remonte à décembre 2018. Quelques semaines après ses débuts sur les parquets US.

Les Mavericks accueillaient les Rockets de James Harden et Chris Paul. Une équipe candidate au titre. Un derby texan intéressant. La partie a très mal débuté pour Doncic. Il n’était qu’à 3 sur 13 aux tirs à trois minutes du buzzer. Et Dallas comptait 8 points de retard (94-102). Rien de très emballant. On n’est bien loin de la performance magistrale censée conforter tout le monde dans l’idée que le prodige formé au Real Madrid est le prochain crack de la NBA. Attention, ça arrive.

Malgré ce jour sans adresse, le rookie de 19 ans n’a pas douté une seule seconde. Et c’est peut-être ça le plus fort. Le plus impressionnant. Sa confiance en lui était telle qu’il n’a pas hésité à prendre la rencontre en mains quand son équipe en avait besoin. Il a enchaîné deux paniers à trois-points, un flotteur puis un autre tir primé. Boom. 11 points de suite. Dans le même temps, Paul ratait un lancer-franc et Harden envoyait un saucisson derrière l’arc. Deux des plus grandes stars de la ligue qui flanchent devant un gamin survolté.

« C’est clair qu’il a du panache. Il n’a peur de rien. On ne voit pas ça tous les jours », commentait son coach, Rick Carlisle.

Les Mavericks l’ont emporté de justesse malgré 35 points du barbu et 23 de CP3. Sauf qu’aucun des deux n’a su faire la différence dans le money time. Tout l’inverse de Luka Doncic.

« Je ne jouais pas bien. Pas bien du tout. Mais je suis en confiance dans les fins de match. On peut dire que je suis à l’aise », confiait le héros du soir.

11 points de suite dans les trois dernières minutes d’un match, même de saison régulière, ce n’est pas anodin. Surtout à cet âge là après moins de deux mois en NBA. S’il a fait beaucoup plus fort depuis, ce qui peut banaliser la performance, Luka Doncic s’est vraiment affirmé ce soir-là. Il a sans surprise été élu Rookie Of The Year à la fin de sa première saison. Il continue de gravir les échelons depuis. Au point de bientôt s’affirmer comme un candidat plus que crédible au trophée de MVP.

La performance clutch de Luka Doncic

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.