Le Panathinaikos se qualifie pour le Final Four au terme d’un match de folie

Le Maccabi Tel Aviv n’a pas démérité mais laisse au Pana l’opportunité de conserver son titre.

Décidé à prendre la rencontre par le bon bout, le Maccabi Tel Aviv a rapidement mis la pression sur son adversaire. Parfaitement bien emmenés par David Blu, les hommes de David Blatt ont causé quelques problèmes au Pana, d’autant plus que leur défense agressive empêchait les arrières hellènes d’accéder au cercle. Toutefois, vite repris par la patrouille, Sofoklis Schortsanitis & compagnie laissaient aux verts le soin de se faire vengeance sur la lignes des lancers. Poussez par leur formidable public, les joueurs de coach Obradovic sont alors revenus sur les talons des Israéliens, et ont même pris pour la première fois l’avantage, avant que Tal Burstein ne permettent au Macca de garder deux longueurs d’avance à la fin du premier quart-temps.

En mode diesel, la machine verte s’est alors mise route. Pouvant, comme toujours, compter sur Mike Batiste pour jouer des coudes dans la peinture, les partenaires de Nick Calathes ont mis la tête des visiteurs sous l’eau en début de second quart. Ne pouvant trouver la faille dans un bloc grec très regroupé, les jaunes n’avaient nul d’autre choix que d’artiller plus que de raison à trois points. Sans succès. Porté par un Dimitris Diamantidis brillant de mille feu en attaque, et pouvant toujours compter sur ce diable de Sarunas Jasikevicius en sortie de banc, le Pana creusait enfin un léger écart n’en rajoute une couche peu avant le retour aux vestiaires.

A l’image du début du match, le Club Nation fait une bonne entrée en matière lors du troisième acte. Dans le sillage d’un Yogev Ohayon chaud bouillant, la bande à Papaloukas refait son retard et a même l’occasion de prendre l’avantage. Malheureusement pour eux, le Pana choisit ce moment pour se réveiller. Stratos Perperoglou et Saras Jasikevicius s’en donnent à coeur joie derrière l’arc pendant que Keith Langford s’enlise au milieu la défense très agressive des greens. Dans une OAKA en délire, le club athénien a repris son écart initial.

Une fin de match à couper le souffle

Ne voulant pas lâcher, les joueurs du Maccabi se sont rués sur le panier adversaire. Tour à tour, Yogev Ohayon, Guy Pnini et David Blu ont enfilé les perles qui ont permis à leur équipe de revenir à la marque malgré tous les efforts de David Logan ou d’Aleks Maric. La fin du match aura quant à elle été magique. Il fallait presque sortir les bouteilles d’oxygène pour respirer au moment où Guy Pnini se faisait justice en convertissant ses trois lancers francs (dont le dernier par miracle) à 7 secondes de la fin. Les deux équipes à égalité, c’est Dimitris Diamantidis qui s’est chargé de la dernière possession de balle des siens. Parti en drive et défendu par Richard Hendrix, le génial meneur grec a provoqué la faute qui lui a offert le droit de donner un point d’avance au Pana. Un lancer salvateur puisqu’il permet aux Athéniens d’accéder à nouveau au Final Four dans la mesure où, à court de temps-mort, le Maccabi n’a eu nul d’autre choix que de laisser Tal Burstein s’emmêler les pinceaux lors des toutes dernières secondes.

Score final: 86 – 85.

 

PANATHINAIKOS
# Player Min Pts 2FG

M-A
3FG

M-A
FT

M-A
Rebounds As St To Bl Fouls PIR
O D T Fv Ag Cm Rv
6 MARIC, ALEKS 5:38 5 2/2 1/4 1 1 4 7
7 PERPEROGLOU, STRATOS 24:47 9 3/4 1/2 3 3 2 1 1 2 1 11
8 BATISTE, MIKE 24:14 8 4/9 3 2 5 1 1 1 4 1 6
9 LOGAN, DAVID 7:26 4 2/2 2 1 5
10 SATO, ROMAIN 13:53 1 0/1 1/2 1 1 2 2 1
12 TSARTSARIS, KOSTAS 13:22 2 1/2 0/1 1 1 2 1 1 1 3
13 DIAMANTIDIS, DIMITRIS 32:42 25 2/3 2/6 15/18 1 5 6 3 2 4 1 3 12 34
14 VOUGIOUKAS, IAN 9:58 8 2/2 4/4 1 1 1 2 1 1 4 12
15 CALATHES, NICK 23:41 4 0/1 1/1 1/2 3 3 2 1 3 3 1 3
17 SMITH, STEVEN 8:19 2 1/1 0/1 1 1 3 1
18 KAIMAKOGLOU, KOSTAS 18:29 5 1/2 1/1 0/4 2 2 1 2 2 1 3 3 2
19 JASIKEVICIUS, SARUNAS 17:31 13 4/5 1/1 2/2 2 1 3 3 2 2 2 16
Team 1 1 1
TOTALS 200:00 86 22/33 6/14 24/36 8 22 30 15 8 16 3 2 24 30 99
66.7% 42.9% 66.7%
MACCABI ELECTRA
# Player Min Pts 2FG

M-A
3FG

M-A
FT

M-A
Rebounds As St To Bl Fouls PIR
O D T Fv Ag Cm Rv
4 PAPALOUKAS, THEODOROS 2:16 0/1 1 1 1 1 2
5 HENDRIX, RICHARD 20:23 8 4/4 1 1 4 2 5 1 7
6 SMITH, DEVIN 32:15 9 3/6 0/2 3/6 2 7 9 2 1 1 5 6 13
7 BLU, DAVID 30:49 14 5/7 1/3 1/1 1 1 2 3 3 13
8 ELIYAHU, LIOR 10:33 4 2/2 3 1 1 1
9 MALLET, DEMOND 5:58 0/2 -2
10 PNINI, GUY 13:24 9 2/3 3/3 1 1 2 2 3 2 12
11 BURSTEIN, TAL 12:49 10 1/3 2/3 2/2 1 1 3 1 1 1 1 11
12 OHAYON, YOGEV 24:51 10 2/6 2/3 0/2 1 1 1 1 2 3 1 2
15 JAMES, SHAWN 7:15 2 1/1 2 1 3 1 2 1 1 3 5
21 SCHORTSANITIS, SOFOKLIS 10:56 8 2/3 4/6 2 2 1 1 2 3 8
22 LANGFORD, KEITH 28:31 11 3/7 1/3 2/2 1 1 2 5 1 1 2 5 6 11
Team 1 2 3 1 2
TOTALS 200:00 85 23/40 8/19 15/22 8 17 25 22 8 12 2 3 31 24 85
57.5% 42.1% 68.2%
Tags : , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires (4)

  1. Shaleb

    Cette équipe est ÉNORME…..
    RDV à Istanbul ;-))))))

  2. kicanovic

    Diamantidis , quel joueur !!!

  3. el tractor 64

    ça c' est du match de basket à couteaux tirés.

    Le public du Pana : quelle ferveur !!!!!!!

    Ils ne sont pas morts les grecs !!!!

    Y en a qui vont serrer les fesses très fort le 11 mai, il risque d' y avoir une ou des surprises lors du final four.

    Quand tu vois ce match, l' intensité, la ferveur et le final tu te dis que le basket français est à des années lumières de ce qui a été affiché hier soir !!!

    Vive Diamantidis !!!!!

  4. schlaumeyer

    moi j aurais adoré voir ce match mais canal + m a coupé le sifflet

    plus de sport + sur SFR

    génial la visibilité du basket…