Le Paris Levallois avait l’envie

Après cinq première minutes catastrophiques, le Paris Levallois s’est bien repris pour s’offrir le BCM (83 à 63).

Qui aurait pu croire que le Paris Levallois allait s’imposer de vingt points face au BCM après le 14-0 encaissé lors des cinq premières minutes ? Sûrement peu de monde. Mais depuis que le maintien est in the pocket les Franciliens ont vu la chape de plomb qui pesait sur la tête se dissiper. En bon capitaine c’est Maleye Ndoye qui aura le premier ouvert les portes du come-back. Par son adresse à trois points (19 points avec un 5/8 au tir primé), il a montré la voie à ses coéquipiers. La blessure de Jason Rich à l’aine à la 11e aurait pu déstabiliser mais la carte jeune jouée par Frédéric Fauthoux a parfaitement fonctionné. Les jeunes Cyrille Eliezer-Vanerot (9 points et 2 rebonds) et Solly Stansbury (2 points et 1 rebond) ont montré beaucoup d’envie et d’abnégation soit des vertus totalement contraires à ce que pouvait afficher le BCM Gravelines-Dunkerque (45-36 à la mi-temps).

On aurait pu espérer une réaction des Maritimes au retour des vestiaires mais rien ou alors sur de biens trop courtes séquences. Alors le PL a enfoncé le clou tantôt avec Giovan Oniangue tantôt avec Vincent Poirier une nouvelle fois excellent (23 points et 12 rebonds pour 34 d’évaluation). L’adresse diabolique de Maleye Ndoye a continué de gêner le BCM dont les joueurs ont parfois eu des échanges un brin tendus. Les Maritimes ont continué de sombrer jusque la fin vaincus par l’envie collective de leurs adversaires. On en serait d’ailleurs presque venu à se demander quelle était l’équipe qui se battait pour les playoffs. Rien de rassurant donc pour le BCM qui a encore montré une fois toute son incosntance.

Crédit photo : Ann-Dee Lamour

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.