Le PL à l’extrême limite

Le PL aura du attendre la fin de rencontre pour faire la différence (70-67).

Entre le PL et la SIG on aura eu le droit à un match de « bonhommes ». Avec beaucoup d’intensité au niveau de l’engagement, les deux formations se sont livrées une belle bataille durant une première période placée sous le signe de la défense. Cependant, Sean May a pu faire étalage de ses qualités de finisseur qui devraient faire mal en Pro A. Pour la SIG, le salut est venu d’un Campbell précieux et de la fratrie Greer (12 points en première mi-temps).

Mais dès le début de la deuxième période, le PL a montré de l’agressivité offensive avec deux bons tomars de Sean May et Louis Labeyrie. Hugo Invernizzi a alors sorti quelques bons tirs primés dans un match ressemblant à une partie de ping-pong. Avec Aymeric Jeanneau il représentait la principale menace offensive. Mais ce retour d’adresse n’aura pas suffi pour contrer le PL qui,  à l’instar d’un Antoine Diot très en jambes, a mieux géré le money-time.

Tags : ,
Comments

Commentaires (2)

  1. NadEEm

    Antoine Diot et très en jambes dans la même phrase, ça fait plaisir. Espérons que son dos le laisse tranquille.

  2. simao

    si il est a niveau ils vont etre chaud cette année Paris.

    Labeyrie meilleur espoir et meilleur progression française pour l'année prochaine.

    Je le trouve plus complet que Gobert (au moins en attaque)