Le PL façon diesel face à l’ASVEL

Dans un match laborieux, le PL aura du attendre le dernier quart-temps pour construire sa victoire (86-73).

Sous le regard de Vincent Masingue en civil, c’est l’ASVEL qui trouvera la première le chemin du cercle par un shoot extérieur de Tillie. Le même qui s’illustrera ensuite sur un contre de Williams. Avec Westermann c’est eux qui donnent le tempo dans un début de rencontre où le PL a du mal à trouver le chemin du cercle. Il aura ainsi fallu attendre 3min pour Eric Chatfield ne débloque le compteur suivi par un second tir primé de Meacham. Seulement en face Kim Tillie est littéralement intenable, d’une précision chirurgicale au niveau de son shoot. Sans l’apport offensif de Chatfield (7 pts), le PL serait tout simplement largué. Mais profitant du remplacement de Tillie par Haristopoulos, les Franciliens refont leur retard après un tir primé de Noel et plus concentrés, maitiendront leur avantage avant la première pause (22-19).

 

Côté ASVEL, on e ne lâche pas l’affaire à l’image de ce que peut produire Théo Léon. Agressif en défense, c’est lui qui marquera les premiers points villeurbannais dans la période. Mais en face, Eric Chatfield a la main chaude et enchaine les tirs primés ce qui relance le PL. A la mène, le « vieux » Da Silva mène la vie dure à Westermann. Les contacts sont d’ailleurs de plus en plus appuyés ce qui entrainent quelques petites fautes côté ASVEL. Toujours aussi présent, Tillie cristallise la défense ce qui laisse parfois des espaces à ses coéquipiers comme Westermann adroit au-delà de la ligne des 3 pts. C’est aussi grâce au tir primé que le PL reste en vie ayant du mal à trouver des shoots faciles dans la peinture. Car dans cette période peu prolixe, l’adresse est un élément déterminant mais les deux équipes se quittent à égalité à la fin de la première période (39-39).

 

A la reprise, le PL démarre par un 3 pts de Meacham. Mais en face Kim Tillie est toujours aussi redoutable prenant le dessus dans son duel avec Williams pourtant l’un des meilleurs poste 4 de Pro A. Il est d’ailleurs l’un des seuls de son équipe à maintenir le même niveau d’intensité. Dans un match loin d’atteindre des sommets en terme de beau jeu, son activité apporte un peu d’animation. De temps à autre, Armstrong et Hamilton arrosent à l’intérieur mais les deux équipes doivent souvent attendre la fin de possession pour armer leur tir. Mais en profitant du manque de réussite de leurs adversaires, les Villeurbannais commencent à revenir en tirant profit des contre-attaques.Le moment que vont alors choisir les rotations du PL, Oniangue et Morandais pour apporter quatre points précieux avant que Noel ne score au tir primé. Sans produire son meilleur jeu, le PL arrive toutefois à trouver les ressources physiques pour enfoncer les têtes villeurbannaises sous l’eau avant d’attaquer le money-time (61-51).

 

Désormais, la réussite est clairement francilienne à l’image du lay-up en déséquilibre de Jawad Williams au début du quart. L’ASVEL connait alors son coup de mou habituel et ne semble pas avoir les armes pour revenir. Mais pour autant les hommes de Pierre Vincent ne donnent pas le match à leurs adversaires. Paul Lacombe et Léo Westermann font ainsi preuve de beaucoup de détermination en défense et le duo  Thompson/Armstrong profitent des pertes de balle du PL, moins précis par séquence. Mais quand il met son jeu en place, ça donne tir primé de Chatfield et dunk de Noel en l’espace de trente secondes. Ces absences de l’ASVEL leur coûte très cher puisqu’ils sont alors dans l’obligation de courir  après le score ce qui leur pompent beaucoup d’énergie. Et en face, il devient tout de suite plus facile de planter à l’image de Jawad Williams qui retrouve des couleurs après avoir connu des difficultés au cours de la rencontre. Résultat : à la fin du match, le PL a dépassé les dix points d’écart dans une victoire qui aura mis trente minutes à se dessiner (86-73).

Tags : , ,
Comments

Commentaires (5)

  1. AND11

    Paulo Lacombe !!!!!!!!!!!!! Yeaaah ! Quel formidable basketteur !

    Et que dire de Monsieur Edwin Jackson ?

    Tout à fait messieurs les journalistes, Jackson est aux portes de l'EDF, Jackson a un avenir tout tracé en EDF, etc etc.. haha faudrait ressortir d'anciens articles on pourrait se fendre la poire ;-)

  2. Cypos

    Match de merde, où seule la jeunesse des villeurbanais justifie les manques en défense et les erreurs grossières.
    Et que dire des LF en pagaille laissés en chemin.
    Même Pierre Vincent ne semblait plus y croire rapidement…
    Je m'en rentre chez moi très aigri de cette piteuse prestation verte..