Le PL remporte la Coupe de France

Après une saison difficile, le PL termine sur une bonne note en battant la JSF Nanterre en finale de la Coupe de France sur le score de 77 à 74.

Sean-May-K-ReineEntre deux équipes d’attaque, le match ne pouvait que partir sur les chapeaux de roue. Côté PL c’est Sean May aka le pivot aux mains d’or qui s’est chargé du scoring. Profitant du manque d’adresse de son adversaire, le PL a vite créé un petit éclat (11-5 à la 5e). Il faut dire que la JSF s’est montrée bien trop timorée dans les attitudes pour espérer bousculer un Paris Levallois relativement serein.  N’arrivant pas à développer son jeu d’attaque, les Nanterriens s’en sont alors remis à Johan Passave Ducteil pour alimenter la machine sur la ligne des lancers-francs. Mais à la faveur d’un 5-0 trois points de Warren suivi d’un dunk de Nzeulie) dans la dernière minute, les Nanterriens ont profité d’un trou d’air du PL pour se refaire (19-14). Dans un match désormais plus équilibré, c’est sur la défense que se fait alors la différence et à ce jeu-là ce sont Andrew Albicy and co qui se montrent les meilleurs. Car si la JSF est elle capable de grosses séquences, son manque de constance ne l’a met pas à l’abri de la machine Sean May (39-29 à la mi-temps).

Mais à la reprise la JSF commence à montrer de meilleures intensions sous l’impulsion de son meneur Chris Warren. Moins agressif en défense, le PL a laissé son adversaire reprendre confiance en multipliant également les petites fautes par ci par là. Mais Christophe Denis possède avec sa ligne arrière capable d’apporter des points et de maintenir la JSF à distance (56-49). Sauf que la JSF n’a pas dit son dernier mot notamment Stephen Brun bien chambré taclé par Julius Hodge à la limite de la faute technique. C’est le moment choisi par Sean May pour revenir dans la lumière, lui qui a très peu scoré en deuxième mi-temps. On assiste alors à un final chaud bouillant avec un Warren et un Diot ultra-chaud à trois points. Sean May va alors porter l’avance du PL à cinq points (72-67) à quarante secondes de la fin. Parfois friable lors de ses dernières sorties, le PL n’a cette fois-ci pas craqué pour remporter la Coupe de France aux dépends de son voisin nanterrrien.

Tags : ,
Comments

Commentaires (18)

  1. zither

    ils sont plus calmes les supporteurs de nanterre, prétentieux dans la victoire, invisible dans la défaite. ;)
    bravo à paris :)

  2. zither

    c'est un peu chiant de devoir se faire approuver son message à chaque fois, c'est pas si je postais depuis 2 jours sur BA…

  3. GW

    Très bon moment à Bercy, plein d’émotions.

    Mais cette démonstration du PL, en terme de constance, de rigueur et de solidité en défense et au rebond, laisse un gout amêr vu les performances indigentes de la fin de saison et plus généralement la fébrilité montrée par l’équipe sur toute la phase retour.

    Le PL a très bien bloqué les extérieurs de Nanterre, très peu de shoots faciles concedés, Warren et Lighty frustrés n’ont pu que tenter des exploits individuels. Très très bon boulot.
    Et arriver à la fois à sauter à la gorge des extérieurs et être aussi serein au rebond et en 1 vs 1 contre Passave Ducteuil, Palacios et Olivier c’est sacrément costaud !

    Même si Sean May est le baromètre de l’équipe et a été brulant hier soir, l’équipe avait un tout autre visage qu’en championnat et c’est bien dommage car l’effectif du PL a plus sa place en Eurocup (voir en finale de Pro A) qu’à mendier une place en Eurochallenge…