Le plaidoyer pour la formation de Fred Forte

Dans une interview pour Ouest-France, le président du Limoges CSP Fred Forte est revenu sur l’importance de promouvoir la formation.

forteLéo Westermann, Joffrey Lauvergne et Boris Dallo… Voilà trois potentiels qui ont fait le voyage de la Pro A vers le Partizan Belgrade. A l’instar d’Adrien Moerman (un 88) qui a joué pour Bilbao lors de la dernière saison, les JFL de qualité sont de plus en plus nombreux à quitter le championnat français. Pour Fred Forte, président du Limoges CSP, la formation représente pourtant l’avenir, tant sportif que médiatique, du basket français.

« Il faut bien se dire aussi qu’aujourd’hui, sans la formation, on n’y arrivera pas. Ce qui me fait le plus mal actuellement dans le basket français, c’est de voir que Leo Westermann soit parti, que Joffrey Lauvergne qui ne jouait pas en France devient l’un des meilleurs joueurs d’Europe six mois après. Maintenant, c’est Boris Dallo qui signe lui aussi au Partizan de Belgrade (comme Westremann et Lauvergne) alors qu’il a 20 ans et qu’il ne jouait pas en France… Ces joueurs ne jouent pas en France et s’imposent dans les meilleurs clubs d’Europe, ça me fait peur ! Moi j’ai eu la chance qu’un coach me mette sur le terrain à 16 ans et demi. Les entraîneurs et les clubs doivent avoir la fierté de sortir des joueurs : le salut de notre basket passera par là » (Ouest France).

L’an dernier le CSP n’était toutefois pas allé dans ce sens puisque les jeunes Gaylor Curier et Sabri Lontadila ne comptent que deux apparitions chacun à leur actif avec les pros. Cependant, pour la saison 2013-2014, le club limougeaud a fait des efforts avec le contrat pro signé par Curier ainsi que le renforcement notable de l’équipe espoirs avec par exemple l’arrivée de Paul Rigot, ancien pensionnaire de l’INSEP.

Tags : ,
Comments

Commentaires (7)

  1. Helpless

    C'est maintenant qu'il se réveille.Je n'ai pas vu pléthore de jeunes sortir du centre de formation limougeaud ces dernières années.Les objectifs sportifs étaient sans doute trop élevés…

  2. Ahah

    Un ami à moi jouait U18 France la saison passée pour le CSP, et malgré 5 entrainements par semaine le suivi n'était pas là. L'équipe ne jouait même pas à Beaublanc mais dans un vieux gymnase de Limoges. Seul un joueur à reussi à devenir espoir. Alors Fred essaie déjà d'avoir une bonne formation dans ton club avant de parler des autres.

  3. GW

    « L’an dernier le CSP n’était toutefois pas allé dans ce sens puisque les jeunes Gaylor Curier et Sabri Lontadila ne comptent que deux apparitions chacun à leur actif avec les pros.  »

    Merci de l’avoir rappelé, c’est trop facile de moraliser le basket.

    On dirait Bernard Laporte qui parle de faire confiance aux français dans le Top 14 alors qu’il n’aligne que des étrangers et dans les matchs importants…

  4. GW

    Je trouve ca amusant de l’entendre marteler la nécessité d’imposer le fair play financier.

    Rappelons juste que si cette mesure avait été mise en place à l’époque il n’aurait pas eu le droit de participer à la coupe Korac de 2000 et le CSP n’aurait jamais fait le triplé historique.

    Parce que le fair play financier dans le foot, preuve du contraire, il sert à sanctionner les clubs en grosses difficultés financières, à aucun moment il ne va impacter les clubs qui vivent sous la perfusion de riches mécènes.

    Ca c’est de la poudre aux yeux, une mesure qui sera toujours évoquée jamais appliquée, histoire d’endormir les masses, le temps que Chelsea, ManCity, Paris… se fasse accepter comme des grands d’europe.

  5. Glide

    Quel faux cul !

  6. lexa

    loool. le mec parle de formation, mais depuis qu'il a reprise le CSP, il a mis qui sur le terrain?? pourtant en N1, proB voire meme en proA il avait laaargement les moyens de mettre des jeunes sur le terrain !!!