Le projet Arena d’Orléans au point mort

Orléans va devoir faire une croix momentanée sur son projet de salle.

Normalement tout était ficelé, prêt pour lancer le grand chantier de la future nouvelle grande salle. Sauf qu’un sérieux grain de sel est venu rouiller la belle mécanique. En effet, l’Etat a annoncé ce lundi qu’il annulait sa subvention de 20 millions d’euros non sans justifier sa décision bien entendu.

« Le conseil d’administration a annulé la subvention accordée à la ville, par 19 voix pour et une abstention. La décision a été motivée par des irrégularités relevées dans la procédure suivie préalablement au conseil d’administration du 20 avril dernier » (La République du Centre).

Le conseil municipal va donc devoir revoir sa copie pour que le projet ne soit pas définitivement enterré. Une déception pour l’OLB en tout cas qui compte énormément sur ce projet pour continuer son développement.

Tags :
Comments

Commentaires (8)

  1. Legendary Derrick Po

    Ouais… ouais… comme tous les projets d'Arena au final… La chanson est connue…

  2. bucky

    La reprise des guéguerres politique est déclarée… et le projet d'avoir une salle digne de ce nom à Orléans aussi…

    Enfin, à titre perso, je dois avouer que je préfère qu'elle ne se fasse pas cette Arena mais quel pays passera encore pour une contrée de bouseux indigne d’organiser des évènements de grande ampleur en salle pour le mondial de hand en 2018 ?

  3. Burt Cassander

    là ça dépasse le sport, c'est politique.

    Surtout que le projet de financement de l'Eta était passé en loucedé avant les élections. Donc, normal qu'ils regardent ça de plus prêt. Et même si j'aimerai qu'un tel projet se réalise, je préfère que l'argent public passe dans les hôpitaux et les écoles, pas dans le sport. Sauf si les finances le permettent. Et là….

  4. Gohn

    Je suis d'accord avec vous. Sauf qu'on est vraiment très très en retard. Même dans les divisions intérieures en Turquie ou en Italie, ils ont des salles plus grandes que les notres… Ça commence a vraiment craindre.