Le Top 16 en dix vidéos

Pour ceux qui auraient raté le meilleur (du pire) du Top 16 Euroleague, une petit séance de rattrapage s’impose.

Le tour principal de l’Euroleague (ne nous voilons pas la face) est terminé, l’occasion de revenir en vidéo sur quelques moments décalés qui ont marqué ces trois derniers mois de compétition.

1 – La motion offense du Khimki déroute Jasikevicius

Cette saison, Rimas Kurtinaitis et ses hommes nous offrent du très beau basket. Jeu tout en mouvement, multiplication des screens, pick and roll, pick and pop, post up… En fait, l’arsenal offensif du Khimki n’a d’égal que la nullité défensive de Zoran Planinic. Brillante mais pas tueuse, l’équipe de la banlieue extérieure de Moscou a pris la porte, non sans faire tourner en bourrique quelques poids lourds de l’Euroleague. Preuve en a été début janvier, lorsque Sarunas Jasikevicius s’est vu momentanément atteint de la maladie d’Alzheimer en plein  match.

2 – Le chrono de l’Olympiacos 

Olympiacos – Sienne, premier match de l’histoire de l’Euroleague à durer 40 minutes… et 3 secondes. La faute à ce foutu chronomètre, bloqué sans que personne ne s’en aperçoive à dix secondes de la fin. Un fait de match qui, au final, a coûté la victoire à l’Olympiacos puisque Bobby Brown, dans le temps additionnel donc, est venu offrir la victoire aux siens. Furieux, les Grecs porteront l’affaire devant le TAS. En vain. Sinon, sur la vidéo, vous pourrez aussi admirer l’énorme raté d’Acie Law et la faute très intelligente de Pero Antic…

Au passage, les plus attentifs d’entre vous auront aussi remarqué que jeudi dernier, l’horloge des 24 secondes a encore fait des siennes au Pirée. Résultat, le match a commencé avec 5 bonnes minutes de retard sur tous les autres. Pour mieux observer l’avancement du match Pana – CSKA diront certains…

3 – Bojan Bogdanovic tacle Curtis Jerrells

Bojan Bogdanovic, comme tous ses coéquipiers, ne sait/veut pas défendre. Seulement, le Croate a de l’orgueil. Crossé comme un bleu par Curtis Jerrells, le joueur des Balkans tacle le Ricain tel l’infâme Jerko Leko. Et le pire dans l’histoire, c’est qu’il ne prend même pas un carton jaune…

4 – L’arbitre blesse Kruno Simon… et élimine Unicaja

Malaga a donné quelques sueurs froides au Panathinaikos. Franchement pas bandante mais transfigurée face aux ténors de l’Euroleague, l’équipe de Jasmin Repesa aurait pu se qualifier pour les quarts de finale si elle avait remporté ses trois derniers matchs. Reste qu’un arbitre (grec ?) en avait décidé autrement. Obligé de scorer à trois points pour espérer faire chuter le CSKA, Unicaja fonde ses espoirs sur son pistolero à longue distance, Kruno Simon. Sauf que… Bah sauf que le mec percute l’arbitre, se tord la cheville et perd le ballon…

5 – Javtokas à trois points

Longtemps blessé, Robertas Javtokas est l’un des joueurs emblématiques de l’Euroleague des années 2000. Sabonis, Ilgauskas, Lavrinovic (Darjus et Ksistof)… La Lituanie a sorti bon nombre de gars de 2m10 et plus avec un putain de toucher de balle. Javtokas ne fait pas partie de ceux-là. Lui, son dada, c’est le combat. Alors on comprend mieux pourquoi le public de la Zalgirio Arena s’est levé d’un seul homme pour saluer le « nothing but net » à trois points du big man contre le Real Madrid.

6 – David Blatt remet Pnini en place

Le coach du Maccabi Teal Aviv a beau être un mec cool face aux journalistes, il peine à masquer son petit côté autoritariste. Et ce n’est pas Guy Pnini qui va dire le contraire…

ps : bien fait pour lui.

ps 2 : faîtes pas les choqués, vous aussi vous le pensez…

7 – Rudy met le feu aux poudres

Le match Real Madrid – Zalgiris Kaunas a mal fini, because of Rudy. Pourtant, on peut se demander si le swingman espagnol n’a pas involontairement mis le feu à la rencontre, en envoyant la balle dans le visage de Lavrinovic. Au final, l’histoire de Rudy, c’est un peu l’histoire de la biatch qui hurlait sans cesse au loup… Maintenant, même quand il ne le fait pas exprès, on ne le croit plus…

8 – L’arbitre se fait la cheville

Dire que le match Alba – CSKA était ennuyeux est un euphémisme. Très honnêtement, ce fut même l’une des plus grosses purges du Top 16, devant le dernier quart-temps de Maccabi – Besiktas, mais très loin derrière la  « somptueuse » seconde période de Pana – Real… A tel point qu’à la fin du troisième quart, nous avions décidé d’éteindre notre streaming russe pour aller camper en MME sur Black Ops II. Au final, nous avons raté le seul événement de la rencontre, car à moins de deux minutes de la fin, sur un changement d’appui, l’arbitre s’est fait la cheville. L’occasion pour lui de sortir sur une civière, sous les applaudissements du public. La classe…

9 – Et Gavel offrit la victoire au Zalgiris…

On aimerait vous dire que Bamberg n’a pas terminé fanny. On aimerait vous dire que Bamberg l’a logiquement emporté face à Unicaja, Panathinaikos, Zalgiris ou Alba. On aimerait, entre autres, vous dire qu’Anton Gavel n’a pas fait une faute à la con sur l’ultime shoot de Marko Popovic, en prolongation. Mais bon…

10 –  Fenerbahçe et Sienne régalent

Si le déplacement de Sienne à Fenerbahçe a été marqué par la performance énormissime de Bobby Brown, il faut aussi se souvenir que le match fut l’un des plus pauvres du Top 16.

 

Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires (1)

  1. Qiou

    Très bon article Vicente Ricardo. Et merci de nous faire suivre l'Euroleague toutes les semaines, je sais pas comment tu fais pour suivre tous les matches en même temps mais merci.