Lega saison 2014-2015 épisode 15

Retrouvez le récap des matchs de la dernière journée de la Lega.

Sassari  88-82  Cremona
Les banquiers sardes poursuivent leur chevauchée fantastique à la poursuite des industriels milanais. Nouvelle victime à leur tableau de chasse : Cremona, qui était amputée de son maestro Luca Vitali. Une absence forcément préjudiciable au moment d’aller défier les pétaradants David Logan (22 points), Jerome Dyson (30 points, 8 assists) et Shane Lawal (9 points, 11 rebonds, 4 « not tonight young lady » !). Kenny Hayes (21 d’éval) et James Bell (23 points) se sont mis en quatre pour faire tomber la banque mais l’édifice sarde est solide et, hormis le rival milanais, on ne voit pas bien qui pourrait le faire flancher.

Brindisi  56-79  Reggio Emilia
Un monde ! C’est ce qui séparait ce week-end les électros de Brindisi des poètes de Reggio qui, dès les prémices de la rencontre, ont lâché une série de vers flamboyants qui laissaient leurs hôtes sans voix (9-28 après 10 minutes de jeu). Dans le cinq émilien, point de Baudelaire ni d’Apollinaire, mais des Achille Polonara et Drake Diener incandescents (58 d’éval cumulée), un Ojars Silins toujours inspiré quand il s’agit de nous conter les merveilles de sa Lettonie natale (18 points), enfin un Riccardo Cervi plus prosaïque, qui ne s’est pas fait prier pour mettre quelques mains au panier (12 points, 8 rebonds). Les mascottes locales Jacob Pullen et Delroy James (12 et 11 points) ont tenté de partir en douce mais le lyrisme de la troupe de Coach Menetti a fini par les charmer.

Caserta  80-73  Pesaro
Fanny depuis le début de la saison (0V-14D), les Casertans se sont appuyés sur leur paire italienne Michele Vitali (21 d’éval)-Michele Antonutti (13 punti, 8 rimbalzi) pour prendre d’entrée de jeu les commandes du match. Face à l’ange gardien de Pesaro, LaQuinton Ross (21 points, 8 rebonds), les locaux se sont montrés particulièrement mordants dans la raquette (58% de réussite), mettant à profit la science du meneur slovène Aleksandar Capin (19 points) et l’attitude volontaire du petit frère de Kaloyan, Dejan Ivanov (8 points, 10 rebonds). Avec 15 points d’avance à l’entame du dernier quart, l’issue du match ne faisait plus aucun doute, ce qui permettait au public de célébrer son équipe tout en dégustant les délicieux beignets à la framboise concoctés par Mauro, le tenancier de la buvette de la PalaMaggiò. Miam miam.

Capo d’Orlando  67-54  Venezia
Les Siciliens adorent la bataille navale. Ce week-end ils ont ainsi coulé un arsenal vénitien bien faiblard malgré les intuitions géniales de son mousse Julyan Stone (15 points, 9 rebonds). Phil Goss, l’amiral de la lagune, était grippé (2 points) et Hrvoje Peric (12 points) n’avait pas assez de jus pour éviter l’assaut sicilien. Dans ce contexte, les fugazzi Austin Freeman (22 points) et Gianluca Basile (14 d’éval) ont fait valoir leur réalisme (surtout Freeman en fait) avec un sympathique 6/7 à 3 points pour l’ami Austin. Les Vénitiens dégringole à la 4ème de la classifica et affrontera Brindisi au premier tour du Final Eight (l’équivalent de notre Leaders Cup) en février.

Bologna  88-78  Trento
Jeremy Hazell et Allan Ray sont de drôles de bonhommes. Le temps d’un match les deux compères ont régalé le public de leur basketball intuitif, véloce et engagé, dans le plus pur style new-yorkais, ville où ils sont tous les deux nés. Grâce aux 30 points du premier nommé et aux 24 punti (+ 7 TO, son péché mignon) d’A.R., Bologne semblait marcher sur l’eau, d’autant plus que leurs partenaires Valerio Mazzola (8-9-5) et Okaro White (10 punti-11 rimbalzi) ne se contentaient pas de faire de la figuration. Du coup, malgré la grinta de Tony Mitchell (20 points) et les biceps de la doublette Davide Pascolo (15 points, 9 rebonds, 3 stops)-Filippo Baldi Rossi (14 d’éval), les valeureux montagnards de Trento s’inclinaient fort logiquement.

Cantù  60-70  Roma
En phase ascendante depuis trois semaines, les Canturini ont subi un camouflet sur leur parquet de la main de Romains qu’aucun spécialiste des scomesse sportive n’attendait à pareille fête. Maxime De Zeeuw (2 points), moins tranchant que d’ordinaire, Kyle Gibson (19 points) et l’inconnu du lac, Daniele Sandri (6 points, 6 rebonds) ont su trouver les mots pour faire comprendre aux gourmands Giorgi Shermadini et Stefano Gentile (18 d’éval chacun) que les spaghettis à volonté c’était fini hein, ne comptez plus sur cette bonne poire de Luca Dalmonte pour vous faire crédit. Un changement d’attitude qui force le respect.

Avellino  67-91  Varese
Pas à leur place en queue de classement, les Varesans ont passé leurs nerfs sur des Avellinisi qu’on avait rarement vus aussi accueillants. Bonjour Mister Robinson, vous cherchez votre chemin ? Ah le panier ??! Rien de plus simple, mon bon monsieur, il suffit d’aller toujours tout droit. Du coup, Dawan Robinson (23 d’éval) passe l’après-midi à caresser la ficelle adverse avec ses amis Craig Callahan (16 points-12 rebonds) et Andy Rautins (21 buckets). A Avellino, la politesse c’est sacré, alors on laisse les invités piétiner les magnolias en fleurs sans leur faire remarquer qu’ils sont en train de saloper le jardin. Bon, Adrian Banks (18 points) et O.D. Anosike (8 points, 10 rebonds) ont un peu rouspété, mais c’est à peine si on les a entendus.

Pistoia  73-79  Milano
Si le déplacement des Milanais en Toscane s’est révélé plus délicat que prévu, tout le mérite en revient à des Pistoiesi pleins de panache, à l’image de la paire américaine Gilbert Brown (18 points)-Landon Milbourne (12 points-10 rebonds). Accrochés jusqu’au bout du quatrième quart-temps, les Milanais n’ont dû leur salut qu’à la fougue retrouvée d’Ale Gentile (36 d’éval) et à l’abattage habituel du pivot jamaïcain Samardo Samuels (13 points, 6 rebonds). Un succès qui permet aux fashionistas de conserver deux victoires d’avance sur les banquiers sardes.

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.