Lega saison 2014-2015, épisode 21

Retrouvez tous les résultats de la dernière journée de la Lega.

Pistoia  82-90  Venezia
Une semaine supplémentaire de repos n’aura pas permis aux Pistoiesi de prendre à défaut le seigneur vénitien Hrvoje Peric (25 points, 9 rebonds) et ses gondoliers, parmi lesquels le bondissant meneur Julyan Stone (14 points – 13 rebonds) et Benjamin Ortner (16 d’éval) se sont particulièrement fait remarquer. Meneur aussi travailleur que talentueux, Daniele Cinciarini (20 points, 6 rebonds) a longtemps retardé l’échéance mais, C.J. Williams patraque (-1 d’éval), l’abattage de Gilbert Brown (16 points) et d’Ariel Filloy (13-7-4) n’a pas suffi à compenser les trous d’air dans la défense pistoiese. Venise conforte sa 2ème place de la classifica tandis que Pistoia, 10ème, sort (momentanément) des qualifiés pour les Playoffs.

Cantù  83-72  Caserta
Depuis quelques semaines le coach casertan Vincenzo Esposito ne fait plus de miracles et c’est avec une nouvelle défaite que les sudistes de Campanie sont repartis de leur escapade lombarde. Henry Domercant sur la touche, toutes les offensives casertanes sont passées par Ronald Moore et Michele Antonutti (21 points chacun) tandis que Dejan Ivanov compensait sa maladresse par une activité débordante (11-13-4). A Cantù, belles sorties d’Ivan Buva (16 points) et Stefano Gentile (16-6-3), qui permettent à leur équipe de rester au contact de Cremone, actuel 8ème.

Cremona  77-82  Trento
Luca Vitali un peu en dedans (9-7-7 tout de même), Ed Daniel (12 points x 12 rebonds) et Luca Campani (20 d’éval) ont longtemps nargué la défense des montagnards. Mal leur en a pris car les joueurs des Dolomites sont revenus métamorphosés sur le parquet après une mi-temps au cours de laquelle leur coach Maurizio Buscaglia est monté très haut dans les graves. Jamarr Sanders (9 punti, 12 rimbalzi) et Pippo Baldi Rossi (20 di valutazione), aka Shun (chevalier de Bronze d’Andromède) et Ikki (chevalier du Phénix), ont ainsi utilisé l’ensemble de leurs superpouvoirs pour mater les descendants de Stradivarius. Un vrai cartoon !

Capo d’Orlando  69-70  Pesaro
Pesaro au bout du suspense ! Merci qui ? LaQuinton Ross d’abord car au-delà de ses 19 points, il a su aller chercher une faute inespérée dans les dernières nanosecondes qui lui ont permis d’inscrire les 2 LF synonymes de succès pour Pesaro. Merci aussi à Chris Wright (19 points) qui s’épanouit plus sur la côte adriatique que le long du Rhône (il a fait quelques apparitions sous le maillot de l’ASVEL la saison dernière). Enfin complimenti au papy Bernardo Musso (10 points), aussi clutch que roublard. Pourtant Capo d’Orlando n’a pas démérité avec un Dario Hunt sérénissime (16 points-12 rebonds) et un Henry Sek (14-5-5) dans le ton, mais les 18 pertes de balle des Siciliens auront maintenu Pesaro sous perfusion. On connaît la suite.

Avellino  70-83  Sassari
Les banquiers sardes ne sont pas bons à recevoir ces temps-ci. Depuis qu’ils ont terrassé le grand Milan en finale de la Coupe d’Italie on a comme l’impression qu’il leur est poussé des ailes. O.D. Anosike, plus offensif que d’ordinaire (24 points, 8 rebonds), et Adam Hanga (7-9-7) n’ont ainsi rien pu faire face à la maestria de David Logan (26 points) et Jeff Brooks (8 points, 16 rebonds). Plus généralement, les Avellinesi se sont montrés incapables de contenir l’agressivité des Sassaresi au rebond (28 à 48), offrant pléthore de secondes chances à leurs invités. Pour les Playoffs ça sent le roussi Mister Vitucci (coach d’Avellino).

Milano  79-69  Varese
Les Milanais étaient tellement faciles qu’ils ont laissé les Varesans leurs passer un inattendu  19-6 dans le dernier quart-temps sans que cela ne fasse frissonner le Mediolanum Forum. Pour cette rencontre « amicale » Luca Banchi a choisi de faire tourner son effectif, donnant au moins 15 minutes de jeu à 10 joueurs. Mention spéciale à MarShon Brooks (20 d’éval) qui ne va pas tarder à faire oublier Keith Langford et à la paire Daniel Hackett (5-3-7)-Samardo Samuels (14 d’éval). A Varese, Yakhouba Diawara n’a pas fait d’étincelles (-3 d’évaluation en 16mn). Et voilà comment Varese se retrouve avant-dernier ex-aequo avec… Pesaro.

Bologna  75-68 Brindisi
Visiblement marqués par leur élimination en deux manches sèches par Nanterre (EuroChallenge), les Brindisini ont plié devant la fougue d’Okaro White (16 points, 9 rebonds) et la grinta du duo Allan Ray (17 points)-Juvonte Reddic (10 points, 9 rebonds). David Cournooh (20 d’éval) et Jacob Pullen (15 points) ont tenté de compenser la méforme de Delroy James (2 points) et Marcus Denmon (8 points) tandis que James Mays (16 points-13 rebonds) faisait un sacré barouf dans la raquette bolognaise, mais le nombre hallucinant de lancers francs concédés à l’adversaire (32 !) leur a été fatal.

Roma  66-56  Reggio Emilia
Surprise à Rome où la Virtus a pris le meilleur sur une Reggio Emilia qu’on a rarement vue si peu inspirée cette saison. Lorenzo D’Ercole (14 d’éval) et Maxime De Zeeuw (15 d’éval) ont fait valoir leur adresse longue distance, gratifiant le public giallorosso d’un sans-faute à 3 points (5/5 et un 10/22 collectif), tandis que Bobby Jones (13 d’éval) et Rok Stipcevic (14-3-5) réduisaient Drake Diener (12 points) et Andrea Cinciarini (4-3-7 à 0/6 from Downtown) au silence. Comment expliquer cette déroute émilienne ? Par une adresse à 3 points absolument catastrophique (4/25).

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.