Lega saison 2014/2015 épisode 13

Pour tout savoir sur la dernière journée de Lega c’est par ici !

Cantù  64-63  Reggio Emilia
A la rue depuis deux mois, les Canturini de Stefano Sacripanti (tiens, il est toujours là lui ?) ont conquis une victoire cinque stelle face des Emiliani largement handicapés par les absences pour blessure de Rymantas Kaukenas et de la fratrie Lavrinovic. Délaissant les tirs longue distance (seulement 12 tirs primés tentés), DeQuan Jones (20 d’éval) et Eric Williams (12 points, 9 rebonds) ont fait vaciller un adversaire totalement amorphe, qui n’a dû qu’à la bonne forme de Drake Diener (22 punti) de ne pas prendre un bouillon en Lombardie. Triste sortie pour Donell Taylor (-1 d’éval) qui disputait son dernier match avec Reggio.

Avellino  77-80  Brindisi
Poussés dans leurs derniers retranchements par le jeu parfaitement huilé de Justin Harper (17 points, 8 rebonds) et compagnie, les électriciens des Pouilles sont parvenus à s’extirper du bourbier avellinese en toute fin de match avec un Delroy James monarchique (16 points-10 rebonds) et des artificiers plutôt efficaces (15 points pour Marcus Denmon et James Mays). Dominateurs au rebond malgré la prestation passable d’O.D. Anosike (10 points, 8 rebonds), les hommes de Francesco Vitucci manquent une belle occasion de se rapprocher du peloton de tête.

Bologna  58-81  Milano
Leader incontesté de la classifica, les Milanais ont mis un quart-temps à régler la mire, le temps pour MarShon Brooks (24 points) d’enfiler ses Google Glass réglées sur 60% à 2 points et 67% from Downtown pendant que Samardo Samuels et Ale Gentile (15 d’éval chacun) concassaient la défense bolognaise. Aussi tendres en défense que des teckels (pour reprendre une expression chère à un certain Jean-Denys Choulet), les joueurs de la Virtus ont sorti un « faramineux » 3/19 à 3 points qui  plombé tous leurs espoirs. Comme souvent cette saison, seuls deux joueurs maison ont tiré leur épingle du lot : Allan « C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleurs soupes» Ray (17-5-3) et Okaro White (13 punti).

Roma  68-75  Trento
Dire que les Romains ont, une fois encore, été nuls serait trop réducteur. Car s’ils ont été moins ridicules que contre Brindisi (pour rappel : 19 d’éval collective), les Giallorossi se sont heurté à un roc : Tony Mitchell (32 points-10 rebonds), qui a porté sur ses larges épaules les espoirs de montagnards affutés qui se retrouvent ce matin en 6ème position de la classifica (8V-5D). Bobby Jones, le pompier de service du Colisée, a fait tout son possible (28 d’éval), et Jordan Morgan (11 points-12 rebonds) est même venu lui prêter un petit coup de main, mais le roster romain semble trop mal fagoté pour faire peur à qui que ce soit. Bientôt la porte pour Luca Dalmonte, le coach de la Virtus ?

Sassari  95-84  Caserta
Sarde un jour, sarde toujours ! David Logan (22 points) – qui ne porte plus le bandeau – et ses partners in crime Jerome Dyson (17-6-9)-Shane Lawal (20 d’éval) poursuivent leur chevauchée sur les talons des Milanais et des Vénitiens (11V-2D chacun contre 9V-2D pour les Sardes). Carleton Scott (15 points, 9 rebonds) et Dejan Ivanov (17-6-5) ont fait tout ce qui était humainement possible pour troubler l’armada sassarese mais la force de frappe de ces derniers était trop grande pour des Casertans toujours en quête de leur première victoire cette saison (snif snif).

Venezia  82-56  Cremona
Vacances en Italie, un spritz dans chaque main, tu tapes la discute avec des amis italiens ayant une connaissance pointue du basket, et là, au milieu de la conversation, alors que tes interlocuteurs viennent de lâcher le nom de Phil Goss pour la quinzième fois de la soirée tu t’emportes: « Phil Goss ? Le meilleur meneur de jeu d’Italie ? Mais arrêtez un peu les gars, quand il jouait à l’ASVEL le gars était tellement insipide qu’il s’est fait virer en cours de saison. » Tes amis te font de grands yeux. « Ma dai, guarda la partita contre Cremona, il signe ancora 20 di valutazione, Venezia est primo ex-aequo della classifica avec Milano. Roma, où il jouait le ultime saisons, s’est completamente écroulée depuis son départ. »  Tu avales un verre de spritz culo secco pour faire comme si de rien n’était, car au fond de toi tu sais que tes amis n’ont pas tort. Et ce n’est pas un Luca Vitali méconnaissable (6-3-4) et ses partenaires cremonesi humiliés au Taliercio qui apporteront de l’eau à ton moulin.

Pistoia  84-53  Pesaro
On aimerait pouvoir s’amouracher de cette équipe de Pesaro ressemblant à un fourre-tout avec ses jeunes américains aux noms plus improbables les uns que les autres, mais LaQuinton Ross grippé (seulement 7 points) que reste-t-il du collectif de Sandro Dell’Agnello? Un Wally Judge (14 points, 9 rebonds) pas vilain, un Kendall Williams (5 points, 8 rebonds) volontaire, et puis c’est tout. Pas de quoi faire frémir C.J. WillIams (20 points) et Landon Milbourne (14-4-2).

Capo d’Orlando  84-71  Varese
Ce que préfère Austin Freeman (24-3-4) dans la vie c’est faire frémir le filet, et comme il est du genre talentueux mais pas croqueur il le fait à bon escient, ce qui permet à ses partenaires Dominique Archie (17 points-10 rebonds) et Henry Sek (14-9-6 et 9 pertes de balle) d’alimenter la marque à leur tour. Les Varesans sont un peu du même genre : Dawan Robinson est aussi altruiste qu’efficace (22-3-6 + 4 steals) et le Yak galope dans les prairies de l’Ouest sicilien cheveux au vent (16 points). Mais autour d’eux leurs coéquipiers sont sur les rotules et c’est fort logiquement que les insulaires l’emportent. PS : Dans la rubrique « Highlander », mention spéciale à Matteo Soragna (15 d’éval), 39 ans, pas pour rien dans la victoire des siens.

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.