Les Bleues d’une formidable Epoupa s’imposent au buzzer !

Emmenée par une Olivia Epoupa de gala, l’équipe de France a achevé la Biélorussie à la dernière seconde pour s’imposer à Rio (73-72).

Sandrine-Gruda

France 73 – 72 Biélorussie

RENVERSANTES ! Elles ont été renversantes. Menée quasiment de bout en bout, les joueurs de l’équipe de France ont finalement décroché un deuxième succès consécutif au Brésil. Il s’agissait de confirmer une belle première victoire contre la Turquie en venant à bout de la Biélorussie. Les Françaises ont peiné de bout en bout mais elles ont fini par s’imposer sur un dernier tir au buzzer.

Maladroites – seules deux de leurs neuf première tentatives ont trouvé leur cible – malgré quelques bonnes opportunités de marquer, notamment près du cercle, les Bleues ont couru après le score dès l’entame du premier quart (6-11). Un retard qui aurait pu être beaucoup plus conséquent si les joueuses biélorusses n’avaient pas perdu quatre ballons en six minutes. Mais bien que dominée aux rebonds, Tatsiana Likhtarovic et ses coéquipières ont bouclé les dix premières minutes avec huit points d’avance (22-14) grâce notamment à une insolente adresse, principalement derrière l’arc (8/11 et 4/5 à trois-points).

Olivia Epoupa, joue-là comme Tony

L’absence de Céline Dumerc s’est fait ressentir. Les tricolores étaient bien trop brouillonnes en attaque pour réellement inquiéter leurs adversaires en première période. Elles se retrouvaient sans solution, contraintes de réaliser l’exploit individuel pour prendre le dessus sur une défense biélorusse bien en place.

Il a fallu le génie d’Olivia Epoupa pour débloquer la situation. La jeune meneuse a magnifiquement servi Sandrine Gruda à l’intérieur avant d’offrir deux caviars à Isabelle Yacoubou. Le premier a mené à une faute et un lancer sur deux converti par le pivot de l’EDF qui s’est ensuite rattrapé en convertissant un layup sur un nouveau service d’Epoupa. Cette dernière a ajouté deux lancers pour ramener son équipe à deux points à moins de quatre minutes de la pause (30-32). Comme chez les hommes avec le coup de chaud de Tony Parker hier contre l’Australie, c’est sur un excellent passage de sa maître à jouer que les Bleues ont recollé au tableau d’affichage. Un bel effort malheureusement rendu vain par la doublette Snytsina – Likhtarovic, toutes les deux en grande forme et auteurs de 19 des 42 points de leur équipe à la pause (34-42).

Les joueuses de Valérie Garnier ont attaqué la deuxième période avec beaucoup plus d’entrain qu’elles n’avaient débuté la première. Plus agressives et bien que toujours maladroites de près, elles ont passé un 14-3 pour repasser devant au milieu du troisième quart (46-45) grâce notamment au travail de sape de Valériane Ayayi. Les deux formations se sont alors rendues les coups, laissant à la Biélorussie un léger avantage à l’entame des dix dernières minutes de la partie (52-53).

C’est dans ces moments bouillants qu’Olivia Epoupa a ressorti le bleu de chauffe. Elle était encore au charbon, bataillant pour des rebonds, provoquant des fautes et convertissant ses lancers pour maintenir les Bleues sous respirations artificielle. C’est encore elle, pleine de vista, qui a redonné l’avantage aux siennes à seize secondes du buzzer sur un jump shot en sortir de dribble. Elle a ensuite offert la balle de match à Yacoubou qui a manqué deux tentatives coup sur coup dans le trafic. Mais Endy Miyem avait bien suivi et c’est d’un layup qu’elle a crucifié la Biélorussie au buzzer ! Les arbitres ont revisionné l’action et ont donc offert la victoire à l’équipe de France, victorieuse de ses deux premiers matches à Rio et désormais bien partie pour se qualifier pour la suite de la compétition.

Tags : , , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.