Les Bleus domptent la Turquie

L’équipe de France est venue à bout de la Turquie et n’est plus qu’à une marche des Jeux Olympiques de Rio.

HeurtelEntre le manque de rythme et la maladresse dont ils ont fait preuve lors des deux premières rencontres pas franchement rassurantes face aux Philippines et à la Nouvelle-Zélande, l’équipe de France abordait son premier match à la vie, à la mort de ce TQO avec quelques doutes. Surtout qu’elle intégrait aujourd’hui Nicolas Batum, qui n’avait pas joué un match depuis deux mois et débutait dans le  5 aux côtés Tony Parker, Nando de Colo, Boris Diaw et Joffrey Lauvergne. Et face à la Turquie, pour laquelle Bobby Dixon a mis 15 pts en 4 minutes en fin de partie contre le Sénégal, aucun droit à l’erreur n’était permis.

Dès les premières actions, le duo de 5 de Omer Asik-Semih Erden pose de gros problèmes au secteur intérieur français, malgré deux contres très rapides de Boris Diaw. Sur une passe du premier pour un dunk du second, les Turcs mènent 11-3. D’autant plus compliqué que les Bleus ont perdu 4 ballons en 4 minutes. Heureusement, Diaw est omniprésent, les Français durcissent le ton en défense et remettent du mouvement et un peu plus de précision en attaque – avec notamment un Nando de Colo bien plus présent que face aux Néo-Z. C’est d’ailleurs la star du CSKA qui permet à la France de prendre l’avantage (16-13) sur deux 3-pts consécutifs. Grâce à un superbe Diaw et à 8 pts consécutifs de Nando, et malgré deux fautes chacun pour Kim Tillie et Joffrey Lauvergne, l’équipe de France finit le 1er quart-temps légèrement devant, 18-16.

Le début du 2ème quart-temps est toujours aussi tendu. Mais les anciens Florent Pietrus, Mike Gelabale et Boris Diaw ne veulent pas rater leur dernière compétition et sont impressionnants de détermination. Thomas Heurtel, en difficulté en défense, plante un trois-points qui fait beaucoup de bien avant de lâcher un flotteur magnifique (28-24). La défense est bien plus performante que dans les premières mi-temps des deux premiers matches et, si ses deux tours cumulent 18 pts, la Turquie trouve peu de solutions extérieures, à l’image d’un Bobby Dixon maintenu à 4 pts. Les Bleus rejoignent les vestiaires avec 7 points d’avance (37-30).

Pas de relâchement au début de la deuxième mi-temps : l’équipe de France est toujours aussi étouffante en défense et fait perdre de sa lucidité à la Turquie qui paie son manque de rotation, bafouille son jeu et commet beaucoup de fautes de l’autre côté (4 fautes d’équipe en 3 minutes). Sur une nouvelle erreur turque et une contre-attaque conclue d’un deux pieds-deux mains rageur de Lauvergne, les Bleus mettent un 10-3 et prennent 14 points d’avance (47-33). Une avance qui aurait pourtant pu fondre de moitié, à cause d’un relâchement, sans un tir énorme à 3-pts au buzzer d’Antoine Diot et qui permet de conclure le 3ème quart avec 10 pts d’avance (53-43).

L’équipe de France, toujours aussi déterminée, démarre bien cette dernière période, notamment grâce au gros caractère de Thomas Heurtel qui porte l’avance à 18 pts (64-46) sur un énorme tir à trois-points et un dunk après interception. Forcément, les Turcs ne veulent pas laisser filer le match et reviennent à 10 pts à moins de 4 minutes. Si Thomas Heurtel est impressionnant offensivement, la Turquie revient à 8 pts à 1’35 de la fin. Mais un énorme rebond d’un immense Boris Diaw suivi d’un floater d’Antoine Diot permet à l’équipe de France de sceller la victoire (75-63).

Encore une fois, rien n’a été facile. Mais la détermination impulsée par les anciens – Florent Pietrus, Mike Gelabale et un Boris Diaw magnifique malgré des stats « banales » -, l’intensité défensive et les coups de génie d’Antoine Diot (10 pts), Nando de Colo (13 pts) et surtout  Thomas Heurtel (17 pts et sûrement plus que les 4 pds annoncés par le site de la FIBA) ont permis à cette équipe de France et à cette merveilleuse génération d’être à un match de Rio. Rendez-vous demain, à 15h00, face au Canada.

Tags : , , , , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.