Les Bleus se font surprendre

Au terme d’un match crispant, les Bleus terminent avec une défaite. Et des inquiétudes ?

Dans le chaudron du Sportica, les Bleus ont vite mis le public dans leur poche. Plus rapides et biens présents au rebond, les Bleus ont l’avantage dans le jeu mais les Belges ont su multiplier les shoots, sans véritable réussite puisqu’en 5 minutes 3 petits points seulement ont été inscrits (10-3). Sans être véritablement mobile, le duo De Zeew/Driesen gêne le jeu intérieur français ce qui poussent des Mike Gelabale et Nando De Colo à scorer à l’extérieur. Quant à Parker, le meneur monte doucement en régime et marque même en pénétration. La mène est d’ailleurs à l’honneur puisque du côté adverse seul Jonathan Tabu se distingue vraiment dans la prise de risques et la création. C’est quasi uniquement grâce à lui et au faux rythme imprimé par les ses coéquipiers que la France est derrière après dix minutes (15-18).

Revenus très vite à un point, les Bleus ont aussi rapidement encaissé un panier dans une partie aux allures de match de ping-pong au ralenti. La présence de Ludovic Vaty à l’intérieur permet de varier le jeu a contrario de ce qui se passe quand Turiaf rentre, lui qui n’hésite pas à monter au poste haut. A l’instar de leurs premières sorties, les Bleus montent doucement en régime et proposent un jeu offensif plus percutant sans toutefois qu’il soit 100% propre. Accrocheurs, les Belges ne paraissent pas encore prêt à lâcher leur bout de gras  (27-29 à la 18e). Mais grâce à l’impact tant physique qu’au scoring de Kevin Seraphin (9 pts) et au contre monstrueux de Piétrus, les Bleus sont partis aux vestiaires avec un bonus (35-31).

A la reprise, l’engagement des deux équipes ne baisse pas en intensité, mais au détriment du scoring. Car la bataille pour la captation du ballon est on ne peut plus intense. Parker, lui, montre un autre visage que dans la première période en perdant consécutivement deux ballons. Un problème de finition qui touche le duo Causeur/Seraphin au scoring. Plus précis sans être au-dessus, les Belges refont un petit éclat (40-35 à la 26e). D’autant plus que leur insolente réussite au tir primé est toujours d’actualité.  C’est le moment que choisit Tony Parker pour se mettre en mode patron en forçant parfois un peu son jeu. Yakhouba Diawara, lui, a su se montrer intraitable dans la raquette en provoquant son vis-à-vis. Peu à peu les Bleus refont leur retard sans toutefois repasser devant avant le money-time (47-51).

Shoots ratés, choix suspects… Les Bleus retombent dans leurs travers. L’absence du trio Parker/Diaw/Batum se fait clairement ressentir. Il manque ce joueur clutch capable d’apporter un petit grain de folie supplémentaire au groupe. Et s’ils ne retrouvent pas un semblant de réussite au tir, le retour se complique au fur et à mesure que ne défilent les minutes (58-52 à la 35e). Par chance, leur adversaire a une fâcheuse tendance à gâter ses possessions. L’entrée de Tony Parker va alors amorcer une dynamique positive avec un Nando De Colo dans le costume du scoreur. Passée l’euphorie, la fin de match prend des allures plus hachées. Et de punition pour les Bleus qui terminent avec une deuxième défaite dans l’escarcelle (57-63).

Comments

Commentaires (27)

  1. Tapion

    En même temps le match avait lieu en Belgique.

  2. Pauwerful

    Que ce fut moche… :(

  3. tilou

    et? s'ils perdent contre la Belgique aux JO ils vont faire quoi contre les grosses équipes ? la France a une très bonne équipe sur papier mais il y a encore du boulot et en voici la preuve

  4. Helpless

    Ne tirons pas de conclusion trop hâtive.Face à nous se dressait la montagne belge,que dis-je la Dream Team du vieux continent.

    Sinon,il paraitrait que la fédé cherche à échanger ses athlètes contre des basketteurs.N'hésitez pas à contacter Vincent Collet via sa boite mail:Nosjoueursontlesmainscarrées@yahoo.fr

    Mode langue de pute off.

  5. turin

    une bonne purge de basket

  6. tilou

    juste une petite question pourquoi noah ne joue pas ?

    et ou puis je trouvé les stats du match d'aujourd'hui?

    merci

  7. AND11

    Logique quand les interets des agents (N'Diaye) prennent le pas sur l'intérêt national. Honteux que Batum ne joue pas.

    La préparation de l'EDF n'a toujours pas débuté et les JO sont dans 2 semaines… Youpi !!

  8. rapid

    N'empeche que si on arrive à faire quelque chose dans ces JO ça voudra dire que faire une bonne prépa ça sert à rien ^^

    Plus sérieusement, je sais pas trop quoi dire sur le match… On est juste mauvais quoi… et ça fait mal au c** quand tu vois comment on avait réussi à créer un collectif l'an dernier où tu sentais vraiment l'équipe en mission. Il reste 2 semaines, espérons qu'à partir de dimanche on pourra taffer sérieusement avec tout le monde (Boris, Nico, Tony qui retrouve son niveau) mais tout cela s'annonce mal alors qu'on pouvait être plein d'espoir vu le niveau de l'an dernier… Mais bon allez les bleus quand même !!!

  9. lo87

    Vive les agents, vive la NBA… Les gens ralent car les sélections dont la France ne peuvent pas avoir tous les joueurs à leur disposition, faut donc arrêter de regarder et d'encenser un tel championnat. On parle de nos "footeux" qui pensent qu'à l'argent mais chez certains de nos basketteurs on ne trouve pas mieux. De plus, bizarrement je remarque que certaines sélections comme l'Espagne ont moins de soucis avec leur Nbaers que la France.. Va donc savoir pourquoi…

  10. MrSam87

    @ Tapion: Pour info le match en question se jouer à Sportica, enceinte du BCM Gravelines-Dunkerque qui est bien toujours en France à ce jour.

    Sincèrement à voir la prestation de ce soir et après le match face à l'Espagne on a franchement du souci à ce faire. D'autant que le premier match officiel est face au États-Unis.

  11. kicanovic

    Il vaut mieux prendre une bonne claque ce soir , que plus tard aux JO , et puis j'ai souvenir de plein de matches médiocres en prépa et de bons résultats en compet et inversement (cf les Russes qui se font corriger par les bleus en tournoi préparatoire et qui gagnent aux CE ) mais bon là va vraiment falloir passer la vitesse supérieure pour espérer un résultat à Londres … Et surtout être tous derrière l'équipe !!!

  12. Chain

    Nan mais andy c batum qui a le dernier mot, tu peux tjr dire que N'diaye l'influence mais bon il a 24ans le mec donc bref faut pas faire genre il est tt blanc nico meme si pr moi ce choix est tout a fait compréhensible! Lo87 Quant au parallèle av le foot faut pas oublier qu'en selection les footeux sont tout le temps sous contrat presque, quand ils changent de club ils sont achetés et passent direct d'un contrat a un autre, ils sont donc plus assurés que les basketeurs nba free agents a mon sens!

  13. coach III

    Ce qui me fait un peu peur sur ce match, c'est la solidarité de l'équipe: défense, aide, rebonds, combat…..

    Ca me laisse un peu perplexe; ils nous doivent une revanche là…..

  14. Mellbaner

    La prépa n'est pas au point. Mais l'équipe est amputée sur chaque match d'un ou plusieurs éléments majeurs. Un TP diminué (qui n'a pas montré grand chose hier malgré les commentaires plein d'espoir que j'ai pu entendre-lire), un Nico et un Boris manquants, c'est la création qui n'était pas présente hier. Les rènes de la fluidité du jeu n'étaient pas sur le terrain. La prépa ou les matches ratés (cf Rapid) ne sont pas rédibitoires. Rappelez-vous le tournoi de repéchage de l'Euro 2009 : la France perd un match contre la Belgique et jouera divinement bien à l'Euro.

    En 2005, la France joue très mal (1 seule petite victoire contre la Bosnie au 1er tour) mais va gagner la match de barrage contre la Serbie chez eux, battre la Lituanie pour ne perdre que d'un petit point (fameux match) contre le futur champion : la Grêce.

    En 2000, la France est médaillée d'argent sans avoir apporté de garantie dans la préparation. Un 1er tour difficile (nettes défaites vs Lituanie et Italie avant de profiter de résultats surprenants : Canada et Australie sur leur route).

    Les JO sont très aléatoires : ce qui importe surtout, c'est d'être en place en 2è semaine et … d'avoir autant de chance qu'en 2000 !