Les Bleus s’imposent dans la douleur face à la Nouvelle-Zélande

L’équipe de France s’est fait peur, mais grâce à ses remplaçants en deuxième mi-temps, elle a fini par s’imposer.

Déjà qualifiées pour les demi-finales du TQO de Manille avant la rencontre, l’équipe de France et la Nouvelle-Zélande jouaient la première place de leur groupe, synonyme de demi-finale contre la Turquie (battue par le Canada, victorieuse du Sénégal). Si les Bleus ont fini par s’imposer, ils n’ont pas vraiment rassuré.

Dans un début de match plutôt brouillon et relativement défensif, très loin du feu d’artifice du 1er quart-temps contre les Philippines, les Français ont surtout pêché dans l’adresse extérieure. Résultat, les Néo-Zélandais, grâce notamment à Tai Webster, ont fini la 1ère période devant, sur un tout petit score (14-13). Sur un trois-points de son frangin Corey et un panier d’Abercombrie, ils ont même pris 7 longueurs d’avance. Toujours aussi maladroits, les Bleus ne marquaient que deux points lors des 6 premières minute du 2ème quart, avant que Charles Kahudi n’arrache un rebond dans les mains néo-Z pour scorer : 23-17 à 3’30. Pas vraiment un déclic, surtout que la Nouvelle-Zélande restait euphorique à 3-pts (6/12) et continuait à dominer au rebond (25 à 19), alors que l’attaque et la finition restaient toujours aussi compliquées côté tricolore (11/33 aux tirs dont 0/12 à 3-pts), à l’image d’un double-pas simple, mais manqué d’Antoine Diot ou ces rebonds offensifs mal exploités. A la mi-temps, la Nouvelle-Zélande mène 31-23.

Au retour des vestiaires, conscient de l’incroyable maladresse des Bleus, la Nouvelle-Zélande a dégainé une petite zone. Surtout elle est restée toujours aussi combative, et la France toujours aussi amorphe, comme le démontre cette incroyable séquence où les Kiwis ont gobé 4 rebonds offensifs pour s’offrir cinq chances (?!?!). Après s’être fait largement dominer au retour des vestiaires (jusque -13), les Bleus augmentaient un peu l’intensité, Nando de Colo, ciblé en 1ère période, pointait enfin le bout de son nez, avec 7 points dans le 3ème quart. Mais un nouveau 3-pts néo-zélandais leur redonnait 10 pts d’avance (48-38).

A l’entame du dernier quart, les Bleus galéraient toujours autant à tenir leur vis-à-vis mais Mike Gelabale tenait la baraque en attaque, avec notamment le premier 3-pts français de la partie. Kim Tillie en rajoutait un deuxième dans la foulée et la France revenait à 4 points (50-46). Sous l’impulsion des remplaçants (Heurtel – Diot – Gelabale – Pietrus – Tillie), l’EDF augmentait largement la pression défensive, les Bleus repassaient devant et, sur un shoot donne-moi-ton-shortesque de Thomas Heurtel, prenaient 6 points d’avance (58-52).

Tony Parker, Boris Diaw et Joffrey Lauvergne revenait sur le terrain pour finir le boulot mais aussi pour bénéficier de la nouvelle dynamique tricolore et retrouver du rythme. L’équipe de France déroulait et finissait par battre une très belle Nouvelle-Zélande (59-66). Mais elle a souffert et ne s’est pas rassurée. Elle devra hausser le ton face à la Turquie pour continuer sa route vers Rio.

Tags : , , , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.