Les faiblesses de l’Elan Béarnais

En concédant une nouvelle défaite ce week-end face à Pau Lacq Orthez, l’Elan Béarnais a mis au jour quelques faiblesses.

Et si c’était la défaite de trop ? En laissant la victoire aux Havrais, concurrent direct pour le maintien, les Palois pourraient bien avoir scellé leur sort et mis un pied en Pro B. Dominés au rebond (34 à 28), sans beaucoup de réussite (45,5% à 2 points), l’Elan a  confirmé qu’il était malade et que l’antidote serait compliqué à trouver. Pour Paco Laulhé, ces faiblesses les contraignent à bluffer, sans pour autant que cela fonctionne.

 « On se fait martyriser sur le pick’n roll. Le public doit se demander :  »mais qu’est ce qu’ils font à l’entraînement ? » Mais je peux vous dire qu’avec Didier Dobbels puis Laurent Vila, on a passé en revue toutes les stratégies imaginables. Certains ont du mal à appréhender le basket de façon réfléchie, comme c’est nécessaire en Pro A. On a du mal à reconnaître les situations, à les traiter avec justesse. Alors, on fait comme au poker : on a un petit jeu et on bluffe ; mais en réalité, les cartes fortes, elles, sont en face. J’ai beaucoup parlé, beaucoup crié à l’entraînement, dans le vestiaire. A un moment donné, si votre chien ne veut pas sortir de la niche même quand la gamelle est appétissante, s’il n’a pas faim, il n’a pas faim, s’il n’est pas un peu curieux, il n’est pas curieux… Beaucoup de joueurs manquent d’intérêt pour les fondements et l’amour de ce jeu » (SudOuest)

Dans ces circonstances, difficile d’imaginer que l’Elan soit capable d’aller chercher la JSF Nanterre chez elle ce samedi car pour les Nanterriens, une victoire serait quasi-synonyme de maintien.

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.