Les « gros regrets » de Vincent Collet

Le scénario de l’élimination a forcément eu du mal à être digéré côté alsacien.

Etre battu sur un buzzer-beater après avoir dominé le match est forcément douloureux. Devant à l’évaluation collective (102 à 87), poussée par un Alexis Ajinça de gala (31 points et 7 rebonds), la SIG a su ses rêves de Bercy s’envoler. Après match, Vincent Collet était donc assez chafouin lorsqu’il a faalu revenir sur cette élimination aux portes du dernier carré.

 » On donne quatre-vingt huit points. À partir de là, on ne peut pas espérer grand-chose. Et je regrette aujourd’hui de ne pas avoir fait ce que Christian Monschau a fait avec Gravelines, à savoir lâcher l’affaire d’entrée de jeu » (Dernières Nouvelles d’Alsace).

La SIG n’aura toutefois pas le temps de ruminer trop longtemps cette défaite puisqu’ils affronteront, dans le cadre du championnat, l’OLB à Orléans ce samedi.

Tags : ,
Comments

Commentaires (2)

  1. burt cassander

    Excellent Boulogne et grosse ambiance en plus : http://www.youtube.com/watch?v=MjF0lmPftnk&li

    Et c'est bien aussi de voir Mam Jaiteh se frotter à l'étage supérieur. A chaque fois, sans passer au travers, il perd son duel face à Gobert ou Ajinça et n'assure pas comme en Pro B. De quoi le faire réfléchir avant d'espérer la NBA?

  2. jo

    Si tout les entraineurs se disent de lacher la coupe de france, il n'y a plus de belles histoires comme celle de boulogne qui élimine 3 clubs de proA.

    Parce qu'à damrémont,c'était plein.