Les trophées : Bobby, Michel, Solo, JD et Kareem

Voici nos trophées. Bobby Dixon, Michel Morandais, Solo Diabaté et Kareem Reid ont bien mérité les leurs.

En LNB aussi, chaque journée a son lot de surprises, de perfs, de dégringolades, d’humiliations et de révélations. Comme ce n’est pas toujours simple de s’y retrouver en un coup d’œil, voici ceux qui, selon nous, se sont le plus distingués… pour le meilleur ou pour le pire.

……………………………………………………………………………………………………………………………

Label Felipe Contepomi de la performance inutile : Bobby Dixon

On commence à bien le connaître le Bobby, depuis le temps, mais il ne cesse de surprendre. Ce week-end avec Dijon, il a encore prouvé qu’il avait du basket plein les mains, mais pas forcément grand-chose derrière le bandeau. Face à Chalon, alors que le match était encore à prendre et que la JDA tentait un dernier comeback, Dixon a enchaîné trois actions qui résument parfaitement le personnage. Dijon n’avait alors que trois fautes d’équipe et cherchait à stopper le chrono par tous les moyens. Bobby s’est donc acquitté logiquement d’une première faute, insuffisant cependant pour donner les lancers à Chalon, il en fallait donc une autre. Après la remise en jeu, c’est son joueur, Steed Tchicamboud, qui a reçu le ballon et Bobby… s’est contenté de lui mettre une vague pression alors que les minutes s’égrainaient… normal, il avait 4 fautes à son actif. Il a donc fallu qu’un de ses coéquipiers viennent finalement stopper le chrono à sa place. Résultat, Tchicamboud a rentré ses deux lancers pour donner 5 points d’avance à l’Elan à 4 ou 5 secondes de la fin du match. Bref, c’était bel et bien mort, mais que Dixon a quand même trouvé le moyen de planter le tir à trois-points final au buzzer. Ça valait vraiment le coup de ne pas sortir pour 5 fautes pour ça, c’est clair… Felipe Contepomi du Stade Français n’aurait pas fait mieux, lui qui a tapé un magnifique drop dans les ultimes secondes face au Stade Toulousain ce week-end, alors que son équipe avait besoin d’un essai pour l’emporter et qu’elle était en plein temps fort, et qu’elle avait en plus déjà en bonus défensif en poche.

……………………………………………………………………………………………………………………………

Trophée « Hibernatus » du dégel soudain : Michel Morandais

Depuis qu’il est arrivé à Paris, on ne peut pas vraiment dire que Michel Morandais ait vraiment fait des étincelles. D’ex potentiel gros joueurs en équipe de France à ex potentiel gros joueur en Euroleague, il était tristement tombé à potentiel gros bust en Pro A. Son début de saison est encore plus dramatique : 6,3 pts de moyenne à 29%de réussite aux tirs. Dur. Mais vendredi, sans qu’on sache pourquoi ni comment il est soudain sorti de sa léthargie pour inscrire « LE » trois-points du match face à Roanne pour permettre au PL de repasser devant avant de finalement l’emporter. Simple électrochoc ou vrai dégel prolongé ? Il faut attendre pour voir si Michel méritera le nom de son trophée, parce que Hibernatus lui, une fois qu’il est sorti de la glace, c’est pour de bon. Peut-être que Paris devrait jouer avec les maillots de Naples ou du Barça pendant un temps, histoire de voir si ça peut le ramener pour de bon dans le passé.

……………………………………………………………………………………………………………………………

Label Nico et Luis des embrouilles à répétition coach-joueur : Solo et JD

On aurait pu partir sur un Trophée Pôle Emploi tant notre petit doigt nous dit que, vu comme c’est parti, Solo Diabaté devrait bientôt être à la recherche d’un taf, mais en fait, on n’est pas sûr d’avoir envie que Roanne se sépare de lui. Avec la tension qu’il y a avec Jean-Denys Choulet et la capacité de ce dernier à enchaîner les punchlines en mode notoriousbiggo-seanpracien, ils risquent de rendre la saison bien marrante à suivre. On avait pas vu un tel combo en France depuis Luis Fernandez et Nicolas Anelka à la grande époque du PSG :

……………………………………………………………………………………………………………………………

Médaille Divine Brown de celui qui aligne les passes : Kareem Reid

Certes, le HTV n’a toujours pas gagné et aura quoiqu’il arrive cette année beaucoup de mal à sauver sa peau en Pro A. Pourtant l’arrivée de Kareem Reid, la légende du streetball new-yorkais, a redonné un peu le sourire à son équipe. S’il n’est pas adroit depuis son arrivée (5/16 en 2 matches), l’ancien Best Kept Secret a fait 15 passes lors de sa première soirée de la saison en Pro A, 14 lors de la 2ème. Bref, Reid, le roi de la rue, enchaîne encore plus les passes que Divine Brown, autre célébrité du bitume, au sommet de son art. Reste plus maintenant à ce que le HTV, à l’image de son meneur, devienne une bonne gagneuse…

 

 

Tags : , , , , ,
Comments

Commentaires (6)

  1. Ilovethisgame

    j'aimerais qu'on arrête de s'exciter sur les stats de Reid, l'an dernier on se l'ait trimballer toute la fin de saison à Rouen et même qt il faisait des stats il faisait trop de mal à la team, en plus attitude de merde genre je garde la balle 22s je fais une passe pourrie le mec loupe son tir je lui crie dessus, non vraiment ce type est un escroc

  2. Sentenza

    Y a pas à chier, c'est aussi bon à la sauce européenne…

    "C'est pas tombé sur l'orteil d'un sourd" !!!

  3. lexa

    haha. tres bon la medaille Divine Brown !

  4. doldol

    "Trophée « Hibernatus » du dégel soudain"

    bahaha génie!

  5. Marc

    Un peu mechant avec Bobby Dixon…

  6. lelas

    Nico et Luis <3