Mondial U17 : L’Espagne sort la Chine en quarts de finale

La Chine avait des choses à faire valoir, mais l’Espagne a mieux joué le coup. Comme souvent.

Au terme d’un match qui aurait pu basculer des deux côtés, l’Espagne s’impose 64-57 face à la Chine.

Les chiffres : 

11-14 (1er QT), 26-31 (MT), 43-41 (3e QT), 64-57 (fin)

Les stats :

Espagne : I. Diop (33 min, 26 pts, 11 rbds, 3 ctr, 7 fp), A. Martin (30 min, 14 pts, 2 pds)

Chine : JW Zhao (34 min, 16 pts, 4 rbds, 4 int, 8 fp), Q. Zhou (36 min, 20 pts, 15 rbds, 3 ctr, 6 fp)

L’analyse de Guillaume Quintard, coach de Nantes (Pro B):

« Des mobylettes et des prospects ! Martin face à Zhao, ça va vite ! et Diop face à Zhou, c’est long ! L’axe 1/5 des 2 côtés sera sûrement la clef. La Chine, redoutable d’efficacité prend 10 points d’avance sur l’homme à homme espagnole. Zhao est trop rapide, Zhou fixe bien, et tout le monde en profite. L’Espagne sort une défense de zone où Diop joue gardien de but. Zhou porte son équipe mais l’adresse n’est plus là.

Martin relance systématiquement ses partenaires sur les rebonds défensifs, et comme on le constate souvent, lorsque l’Espagne court, elle score : 26/31 pour la Chine, mais le momentum a changé. Le niveau s’élève singulièrement et le duel Diop vs Zhou est de toute beauté. Seul un référé y trouve à redire… La Chine se met à plus 10, mais l’Espagne ressort sa zone, les arrières agressent le porteur de balle, Diop prend les rebonds et distribue les contres. Les contre-attaques fusent et la Roja passe devant pour la première fois.

Il n’est pas possible de laisser les Chinois s’installer : trop d’efficacité, de discipline, et trop de talent sur le poste 5 avec Qi Zhou. Dès que le rythme baisse, les ailiers de l’Empire du Milieu sont injouables, puisqu’ils exploitent à la perfection les fixations induites par leur axe 1/5. Il ne reste aux Ibères que le up-tempo. Heureusement, comme vous le savez, chez eux, c’est une tradition… Martin adore, et en plus il lève le bras avec efficacité.

Les Chinois prennent l’option de surpasser tous les pick&roll, Zhou contrôle derrière. La profondeur de banc de l’Espagne est supérieure, donc l’intensité reste de leur coté. Les cadres chinois ne sont pas assez lucides pour tenir sur la duree. Liu, la rotation de Zhou est fouled-out, et Diop décalé en 4. Intelligemment, son coach ne le met que sur les possessions d’attaque et Iriarte boxe Zhou en défense.

Martin envoie deux bombes à trois points en fin de possession. Diop un post-up scoré, puis un tir short corner. Le break est fait. Ce n’est plus qu’une histoire de lancers francs, comme souvent sur les fins de matches à dimension stratégique. L’opposition entre deux gros prospects, Diop et Zhou tourne à l’avantage de « l’Espagnol ». Ses stats sont supérieures: 26pts, 11rbds, 7fp, 3ctr pour lui, alors que Zhou assure 20pts, 15rbds, 3ctr. Nous avons cependant trouvé un talent plus étendu pour le moment chez le pivot chinois. Plus mobile, plus joueur, meilleur passeur, il est clairement un joueur à suivre de très près. De son côté, Diop sera sûrement un mix de Boniface N’Dong et de Serge Ibaka. Il aide déjà grandement son équipe, mais doit encore étoffer son volume de jeu.

Les chinois sont capables de très très bien jouer mais sans vraiment laisser place à la moindre adaptation, peu de prise d’initiative, ou d’inventivité. De plus, le manque de banc en fait une équipe qui devient moyenne soit avec la fatigue, soit lorsque les cadres sont sortis.

L’Espagne, quand à elle, prépare tranquillement ses années à venir. Martin à du jus, Diop est long et à l’écoute, et l’ensemble des autres joueurs n’a pas l’air d’être à maturité du tout, en particulier physiquement. On les voit déjà courir partout, shooter, driver, et crier « vamos » à tout va! Il n’y a peut-être pas une génération « de oro », mais la Liga ACB va encore être fournie. »

Tags : , , ,
Comments
Un peu de LNB, un peu d'Euroleague, beaucoup de bonheur...

Commentaires (1)

  1. MiLissounga

    Vous parlez de quoi là? C'est une compétition des moins de…?