Preview Limoges : De l’ambition à revendre

Après une saison sportive correcte mais une autre extra-sportive plus tumultueuse, le Limoges CSP aspire à plus de sérénité.

duprazL’expérience Panagiotis Giannakis avec Limoges n’aura duré qu’une seule saison. Les méthodes du Dragon n’ont pas véritablement et l’histoire du technicien grec a fini en eau de boudin et accessoirement devant la justice.  Pour éviter pareils travers, le président Fred Forte a fait appel à un historique de la maison : Jean-Marc Dupraz. Si son arrivée a suscité bien des interrogations, il a pour lui e bien connaitre l’environnement du club et d’être Forté-compatible, ce qui n’est pas la panacée. Adepte d’un jeu offensif, Dupraz est attendu au tournant et va devoir montrer qu’il peut avoir des résultats avec un groupe qu’il n’a pas construit.

Du talent et de l’expérience… le patchwork limougeaud semble à première vue très séduisant. A la mène, Limoges peut compter sur l’intelligence de jeu de Jo Gomis même si ce dernier ne sera de retour qu’à la mi-décembre pour cause de suspension. A ses côtés, Taurean Green possède un profil d’organisateur n’ayant pas froid aux yeux et capable de valoriser ses coéquipiers. De quoi régaler Alex Acker attendu dans un rôle de scoreur tandis que JR Reynolds évoluera lui dans un rôle de joker de luxe. A l’aile Gaylor Curier devra lutter pour obtenir des minutes d’autant plus que le néo-pro sort d’une saison marquée par une blessure à la cheville. C’est donc Nobel Boungou Colo qui devrait se retrouver intronisé en tant que titulaire. Capable d’évoluer sur les postes 3 et 4, l’ancien varois a des qualités athlétiques au-dessus de la moyenne et un potentiel qu’il n’a pas encore totalement exploité. Mais avec davantage de responsabilités, nul ne doute qu’il prendra une autre dimension cette saison. Finalement c’est peut-être  à l’intérieur que Limoges possède le moins de garanties. Si Adrien Moerman a déjà montré de belles choses en préparation en se posant comme un vrai leader technique et vocal, Fréjus Zerbo, son back-up, n’est pas une assurance tout risque. Au poste de pivot,le rookie Alex Oriakhi pourrait bien ne pas finir le saison car ce dernier peine à s’adapter  au jeu européen et son entraîneur pourrait finir par perdre patience. d’autant que JK Edwards, s’il a une bonne expérience de la Pro A, n’a plus les jambes de ses 20 ans et fait parfois preuve d’une certaine forme de nonchalance sur le terrain.

Malgré tout les ingrédients sont réunis pour que Limoges soit un candidat crédible à un spot en playoffs. Mais dans une Pro A très dense, le moindre faux-pas se payera cash.

Le facteur X : Alex Acker

Fort attaquant mais inconstant au possible, il est difficile de savoir à l’avance sur quelle version d’Alex Acker on va tomber. Si son expérience au Mans fut mitigée, ce bon connaisseur du championnat français semble s’être bien acclimaté aux systèmes Dupraz.  Joueur hyper-talentueux, Acker, s’il n’est pas branché sur courant alternatif, pourra être l’atout majeur de Limoges cette saison.

Le joueur à risque : Alex Oriakhi

Après l’expérience Ty Walker, le CSP a voulu (ou été contraint) retenter le pari d’un rookie. Mais le risque est que celui-ci ait du mal à se faire au style de jeu européen. « Il est capable par séquence de faire de très bonnes choses puis par séquence de vraiment se rater sur des aides défensives, sur de la défense sur pick & roll, en attaque d’être à contretemps du système etc » avait expliqué Jean-Marc Dupraz à France Bleu Limousin. Ce dernier va donc devoir redoubler d’efforts pour satisfaire aux exigences du staff cspiste.

L’effectif 2013-2014 :

Meneurs : Joseph Gomis, Taurean Green
Arrières-ailiers : Alex Acker, Gaylor Curier, Nobel Boungou Colo, JR Reynolds
Intérieurs :Fréjus Zerbo, Adrien Moerman, JK Edwards, Alex Oriakhi

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.