La Lituanie sauvée par un grandiose Jonas Maciulis

Grâce à un match de mammouth de Jonas Maciulis, la Lituanie a validé son ticket pour les quarts de finale en battant la Géorgie 85 à 81.

Dans un Grand Stade confortablement rempli pour la dernière affiche de la journée entre la Lituanie et la Géorgie, on aurait volontiers misé sur les premiers, finalistes malheureux en 2013. Mais la Géorgie semblait bien décidée à ne pas se laisser faire. Porté par leur capitaine Zaza Pachulia (13 points et 4 rebonds à la mi-temps), ils ont profité d’un manque de rigueur de la défense lituanienne. Parmi les principaux fautifs, le nom de Jonas Valanciunas était à coché en premier. Par sa passivité il n’a que très peu apporté. Fort heureusement les Lituaniens, sous le regard de la légende nationale Arvydas Sabonis, ont trouvé des solutions avec la paire Maciulis/Jankunas (26 points à deux à la mi-temps) afin de rester au contact (39-40).

Dès le retour des vestiaires la Lituanie est revenue avec de meilleures intentions passant un 7-0 en l’espace d’une petite minute. C’est encore une fois Zaza Pachulia qui prendra les choses en mains jouant de son physique pour s’imposer face à une raquette lituanienne un brin trop soft. Cette dernière a d’ailleurs eu tendance à laisser de nombreuses deuxièmes chances à leurs adversaires. Mais à l’instar de Pachulia, la Lituanie avait un joueur on fire avec Jonas Maciulis (34 points au total). Mais ni l’un ni l’autre n’ont réussi à transformer leur état de grâce en écart rédhibitoire pour la sélection adverse. La rencontre est restée longtemps indécise avant que les efforts fournis par les Géorgiens ne pèsent de trop sur leur lucidité. La Lituanie en a profité pour enfoncer le coup et s’est fait peur jusqu’au bout. Mais heureusement Maciulis a veillé jusqu’au bout pour le plus grand plaisir des supporters présents.

Face à l’Italie en quart de finale il leur faudra cependant faire preuve d’une plus grande concentration car Maciulis ne pourra peut-être pas sauver à nouveau son pays.

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.