Loïc Akono « Nous c’est à la vie, à la mort »

Le meneur de Nanterre fait le point sur la préparation de la JSF et ses objectifs cette saison.

Après avoir connu une première fois la Pro A avec Gravelines-Dunkerque, Loïc Akono se voit offrir une deuxième chance de retrouver la plus haute division du basket français. Avec cette fois-ci le costume de titulaire.

BasketActu : A quelques jours de la reprise quel bilan fais-tu de la préparation de Nanterre ?
Loïc Akono : On a fait une bonne préparation, on est à la fin, il reste une semaine. On n’a pas brulé les étapes, on a fait ce qu’il fallait faire : un peu de physique, un peu de basket. Maintenant, il nous reste encore une semaine pour faire des ajustements et après ça sera le grand jour, les grands débuts en Pro A.

BasketActu : La JSF a joué des équipes de Pro A et de Pro B. Quelles différences as-tu pu remarquer ?
LA : Le niveau en Pro A est beaucoup plus physique, beaucoup plus athlétique. On a travaillé sur ça pendant la pré-saison. On sait à quoi s’attendre. L’année dernière en Pro B, on a dominé et cette année ça va être beaucoup plus difficile en Pro A.

BasketActu : Comment l’équipe va justement gérer ça ?
LA : On est prêt. Mentalement, on sait que ça va être dur. On va prendre match après match et on ferra le bilan en fin de saison. On va tout faire pour essayer de se maintenir, ça c’est sûr.

BasketActu : Tu es l’un des seuls de l’équipe à voir connu la Pro A. Dans quel état d’esprit es-tu à l’heure de la retrouver ?
LA : Dans un état d’esprit revanchard. C’est vrai qu’avec Gravelines ça ne s’était pas très bien passé. C’est pour ça que j’ai retrouvé la case Pro B pour un peu me relancer. Et maintenant voilà l’objectif il est atteint : c’est de remettre les pieds en Pro A. Maintenant, ce n’est que le commencement. Je n’ai encore rien fait, on a rien fait avec Nanterre. Mais on verra et je suis motivé pour ce défi.

BasketActu : Qu’est-ce-que cette première expérience t’avais appris ?
LA : Beaucoup de choses. Du mental, du physique, qu’il ne faut pas lâcher. C’est la confiance d’un coach. C’est beaucoup de choses, j’ai appris beaucoup avec Gravelines. Je sais à quoi m’attendre et ce qu’il faut faire pour m’imposer en Pro A.

BasketActu : Pascal Donnadieu devrait te donner 20 à 25 min de temps de jeu, un fait plutôt rare en Pro A pour un meneur JFL et jeune.
LA : C’est sûr que c’est rare mais il y’a déjà des jeunes qui sont passés par là. Il y a des exemples comme Marc-Antoine Pellin, Aldo Curti. C’est des jeunes de ma génération. Ils ont beaucoup plus d’années de Pro A dans les jambes que moi. Maintenant, je n’ai pas grand-chose à leur envier à part avoir plus joué en Pro A que moi. Après, ces 20/25 minutes, je vais essayer de les rentabiliser le mieux possible. Et si j’ai plus, je prendrai plus.

BasketActu : Et que penses-tu devoir encore améliorer dans ton jeu cette saison ?
LA : Peut-être ma vision du jeu. Mon shoot aussi, c’est quelque chose que les meneurs font beaucoup en Pro A. Et mon leadership également.

BasketActu : Dans l’optique du maintien, quelles seront les forces de Nanterre par rapport aux autres équipes ?
LA : Nous c’est à la vie, à la mort. On est tous ensemble. Il y a d’autres équipes qui ont d’autres objectifs. Nous c’est de se maintenir. On sait que c’est notre objectif ultime. On ne va se concentrer que sur ça.

BasketActu : Le premier match à domicile sera contre le Nancy de Batum. Ça doit faire rêver un peu même si la tâche s’annonce compliquée…
LA : ça fait rêver un petit peu. On sait que ça va être difficile, Nancy c’est le champion de France en titre. On les attend, on n’a peur de rien. Ils ont joué l’Euroleague, c’est Nancy quoi. Mais après on va jouer les yeux dans les yeux et on verra le résultat final. Il ne faut pas avoir peur dès le début. Si on part défaitiste, ça ne sert à rien. Autant rester en Pro B et refaire une saison en Pro B.

BasketActu : Justement, qu’est-ce-que ça t’inspire ce retour de joueurs NBA en Pro A. C’est une bonne chose pour le championnat selon toi ?
LA : C’est sûr que ça fait du bien au basket, surtout vu ce qu’il a montré cet été au championnat d’Europe. Médiatiquement, ça sera bien. C’est Nicolas Batum. Il a réussit à s’imposer en NBA. Et ce retour en France ça sera bien pour lui aussi. Il pourra jouer devant sa famille.

Tags : , , ,
Comments

Commentaires (3)

  1. BCMers

    C'est avec un immense plaisir qu'on le retrouvera à Sportica :) Qu'il prouve à tous qu'il a le niveau proA, c'est tout ce que je lui souhaite

  2. wallezforever

    Ça ferait plaisir de voir un gars former au club réussir en Pro A….

    Ou on en est quand même, quand on voit Cholet qui a formé la moitié des gars en équipe de France, çà laisse me laisse songeur….

  3. Spring-africa

    bien sur qu il a le niveau Pro A et encore plus même , meme l euroligue , je le connais et vraiment il peut aller très loin ,