Le Maccabi résiste au retour de Limoges

Guidé par un Jeremy Pargo intenable dans le money time, le Maccabi Tel Aviv s’est imposé face au CSP, qui avait pourtant refait son déficit (73-79).

Toujours la même histoire pour Limoges et les clubs français. A la dérive dans le troisième quart-temps, allant même jusqu’à accuser un déficit de 18 points, le champion de France a réussi à prendre l’avantage dans le dernier acte avant d’accuser le coup. Presque invisible pendant 35 minutes, Jeremy Pargo (13 pts, 6 pds) a dynamité les espoirs cerclistes dans le money time et offert la victoire à au club champion d’Europe (score final 73-79).

Le match en 5 points :

1 – Limoges campe à la périphérie

Les Greens ont mis de très longues minutes à rentrer dans leur match, sans pour autant se faire punir. A l’instar de Nobel Boungou-colo, le CSP a empilé les shoots à longue distance sans réussite pendant toute la première période, ne parvenant à trouver la faille que par les quelques assauts vers le cercle de Ramel Curry (9 pts, 2 pds, 3 ints). L’ex-combo du Pana n’a plus beaucoup de pétrole mais son expérience et son intelligence de jeu ont fait du bien aux siens, surtout lorsque Sylven Landesberg (22 pts, 9 rbds) mettait dedans sans trop avoir à se forcer.

2 – Balle perdue sur balle perdue

Le second quart-temps et le début du troisième ont été une gabegie de basket côté Limougeauds. Yogev Ohayon (11 pts, 6 pds) achève le match avec 8 ballons volés… Ou plutôt ramassés dans les mains adverses, tant certains, à commencer par Nobel Boungou-colo et Ramel Curry – à court de gasoil -, ont semblé peu précautionneux au moment de passer la gonfle. Le genre d’erreurs ô combien dommageables face à des jaunes et bleus aussi médiocres sur jeu placé que redoutables en transition. A ce petit jeu-là, Limoges a dégusté et donné des points faciles à Ohayon, Haynes (7 pts) ou Devin Smith (8 pts). Avant de se reprendre…

3 – Jean-Marc Dupraz se réveille

De -7 à la pause, Limoges est passé à -18, la faute à un 11-0 étalé sur plus de 5 minutes. Pertes de balle, apathie en attaque (Moerman…), manque d’adresse… Tout semblait rappeler le mauvais scénario de Malaga. Puis, Jean-Marc Dupraz a changé son fusil d’épaule et compris que pour faire face au small ball du Maccabi, mieux valait peut-être tenter l’option avec deux grands à l’intérieur. Exit le duo Moerman – Zerbo, welcome JP Bastita – Trent Plaisted. Et comme de par hasard, les choses se remettent en place. Le CSP pose le jeu, place ses systèmes, Plaisted se montre agressif (5 pts) et rentre quelques paniers. Tout d’un coup, les champions de France revienne à -12…

4 – Le shoot de Léo Westermann

Limoges à -12… Pas tout à fait… Alors que le Maccabi se redonne un peu d’air, Léo Westermann balance la bombe à la sirène, et à 25 mètres. Bingo. Fred Forte déclare au micro de beIN Sport que le scénario était presque idéal avec la magie de Beaublanc, à -9 à l’entame du dernier quart-temps. Il avait vu juste. Enfin…

 

5 – Trop d’erreurs, trop d’erreurs, trop d’erreurs…

Sur la pente ascendante depuis la fin du troisième quart-temps, Léo Westermann (16 pts, 8 pds) emporte son équipe sur ses épaules et tout se met en place. Adrien Moerman rentre enfin dans son match (11 pts, 13 rbds), en apportant une grande énergie des deux côtés du parquet. Mieux, après avoir était mené, le CSP passe en tête à la suite d’un panier primé de Nobel Boungou-colo (13 pts) dans un Beaublanc brûlant. Le début de la fin, car avec ses pertes de balles (18 au total) et quelques petits lancers ratés, les champions de France perdent pied, laissant ainsi à Jeremy Pargo le soin de régler l’addition avec un gros panier extérieur suivi d’un drive énergique. Rideau.

Tags : ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires

Comments are closed.