ALL STAR GAME

Maillot de Tony Parker retiré, soirée émotions à San Antonio

Le numéro 9 de Tony Parker a été accroché au plafond de l’AT&T Center de San Antonio. Zoom sur une cérémonie spéciale TP dans le Texas.

Les San Antonio Spurs venaient de s’incliner contre les Memphis Grizzlies (109-113) mais l’essentiel était ailleurs. Le moment que tout le monde attendait dans la salle se déroulait de toute façon après la rencontre. Les supporteurs sont donc restés dans les tribunes jusqu’à l’arrivée du héros de la nuit. Un certain « Tony Parker, from France », hurlait le speaker à l’instant où la légende de la franchise texane a déboulé au cœur du parquet, son fils dans ses bras avec son premier garçon dans ceux de sa femme. Ils se sont installés au centre du terrain, où Manu Ginobili, Tim Duncan, Gregg Popovich ou encore Boris Diaw étaient déjà assis.

Sean Elliott, dont le maillot flottait déjà au plafond de l’AT&T Center, a fait une brève introduction puis coach Pop a pris la parole en première. Avec une boutade pour commencer, ses excuses pour les « abus physiques et mentaux » envers TP pendant toutes ces années. L’entraîneur a été très sévère avec son poulain. Mais il l’a rendu plus fort. Et il a été le premier à profiter de l’ascension du gamin de 19 ans devenu un champion NBA. « Tu as rendu ma famille riche. Et j’ai claqué tout l’argent dans des vins que tu m’as conseillé. J’ai eu de la chance de te voir grandir. Je te remercie pour tout ce que tu as fait pour l’organisation. Je t’aime. »

Le relais passait ensuite par Boris Diaw. Avec pour mission de mettre en avant l’impact de Tony Parker sur le basket français. « Impossible en trois minutes », prévenait déjà son ami de toujours qui l’a accompagné des bancs de l’INSEP jusqu’à ceux de la NBA en passant bien sûr par les Bleus. Il a justement parlé de l’EDF. Celle des espoirs, sacrée à Zadar en 2000, puis des A, champions d’Europe en 2013. Que des grands moments.

David Robinson a fait marrer tout le monde en expliquant que TP l’avait poussé à la retraite. « J’ai essayé de le rattraper lors de notre premier pick-up game et j’ai compris qu’il était temps que je parte. » Puis Tim Duncan et Manu Ginobili ont évidemment rendu leurs hommages. Ensemble, ils ont gagné quatre des cinq titres de l’Histoire des San Antonio Spurs. Ensemble, ils ont formé le trio le plus victorieux de la NBA. Et aujourd’hui, leurs liens dépassent le cadre du basket.

Une vidéo en l’honneur de Parker a ensuite été projetée sur l’écran géant de la salle. Ses débuts, ses titres, ses moves, ses duels avec ses frères. Une partie de la vie du plus grand basketteur français de tous les temps résumée en quelques minutes. Pour se souvenir. Pour revivre des moments forts. C’est justement un homme ému qui a ensuite pris le micro. Tour à tour, Tony Parker a rendu hommage à ses anciens camarades. Ses frères. Son « deuxième père », Gregg Popovich.

Alors que la cérémonie touchait à sa fin, Parker a invité les fans à s’imaginer soudainement à l’Alamodome, l’ancienne salle historique des Spurs, pour un duel entre San Antonio et les Los Angeles Lakers de Shaquille O’Neal et Kobe Bryant et à entonner un dernier « Go Spurs Go ». Magique.

C’est en paix et les larmes aux yeux, son fils toujours dans les bras, que Tony Parker a pu contempler son maillot dévoilé au plafond de la salle. Plus personne ne portera jamais son numéro 9 à San Antonio. Et c’est logique vu l’immense carrière du bonhomme.

 

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.