Maxime Roos : « Je regardais l’équipe de France depuis tout petit »

Lors d’un point presse, Maxime Roos est revenu sur sa présence avec les Bleus au Monténégro.

Update : Lors d’un point presse, Maxime Roos est revenu sur son rapport au maillot bleu. « C’est l’équipe de France, on est derrière en tant que joueur français. C’est du basket français à l’international, c’est toujours important de supporter son pays encore plus quand c’est notre sport de prédilection. Ils ont fait de gros matches, ils ont envoyé des messages à tout le monde lors de ces fenêtres. On sait que ce ne sont pas des matches faciles, en plus avec les conditions actuelles. Le public français a aussi besoin de ça, de voir du sport, voir leurs équipes performer. Ça leur permet de s’occuper un peu l’esprit dans cette période difficile. Et puis, je regardais l’équipe de France depuis tout petit. J’ai vu Thomas Heurtel gagner des médailles alors que moi, je ne jouais qu’en 3e division régionale, et aujourd’hui je me retrouve à être son coéquipier ».

20.01 22 voilà Maxime Roos. Face au Partizan Belgrade, il a été le joueur francilien efficace avec 13 points et 8 rebonds. Mais surtout le polyvalent a confirmé son bon début de saison, qui l’a conduit à une première convocation avec l’équipe de France. Un objectif qu’il s’était fixé cet été.

« Il fallait concrétiser après la victoire au Lokomotiv Kuban. On a deux matchs à domicile. Je pense qu’on a envoyé un petit message en gagnant à Kuban et ce soir (hier). C’est bien, on concrétise tout le travail depuis le début de saison. Je prends beaucoup de plaisir à rentrer dans la tête de l’adversaire (sous-entendu par la défense), surtout grâce à un travail collectif. Les rotations ont été efficaces et après derrière l’attaque suit. Le fait qu’on ait deux absents montre clairement le potentiel de l’équipe, qui est élevé.

La convocation en équipe de France je l’avais appris après tout le monde car j’étais à l’entrainement. C’est une bonne période mais aussi pour l’équipe; on est dans une bonne phase. Le but c’est de continuer sur cette lancée. Quand j’ai commencé le basket je pensais pas à l’équipe de France car je suis arrivé assez tard en centre de formation ( à 18 ans). Après cet été j’y ai davantage pensé, j’avais déjà été partenaire d’entrainement et je voulais y retourner. Avec le début de saison c’était l’objectif que je m’étais fixé ».

Crédit photo : Ann-Dee Lamour

Tags : , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.