Moses Sonko : « Peu importe où je joue, je peux être bon »

BasketActu est allé à la rencontre du meilleur scoreur du championnat Pro B

Avec 18,9 pts et 20,9 d’égal de moyenne, Moses Sonko abat un boulot monstrueux avec Aix-Maurienne et se rapproche jour après jour du titre de MVP de Pro B. Entretien.

BasketActu : Vous avez débuté la saison avec cinq défaites consécutives et vous pointez maintenant à la quatrième place. Comment expliques-tu cela ?
Moses Sonko : L’alchimie dans cette équipe n’était pas bonne et comme vous pouvez le voir, nous avons fait de bons changements. Ceci a vraiment contribué à la bonne cohésion de l’équipe sur le terrain.

BA : Penses-tu que vous ayez encore vos chances de finir premier du championnat ?
MS : Je ne sais pas car nous prenons les matches l’un après l’autre. Nous pourrions le vouloir mais tu ne peux pas voir trop loin.

BA : Quels sont les bons changements dont tu parlais ?
MS : Les arrivées de James Mathis et de Chris Dunn.

BA : Qu’apportent-ils de plus à cette équipe ?
MS : Chris connaît très bien Aix, il avait déjà joué ici pendant deux ans. James connaît lui aussi très bien le championnat puisque c’est sa quatrième saison maintenant. Ce sont des joueurs d’expérience et très talentueux.

BA : Quelle est la clé de la réussite de cette équipe ?
MS : Nous avons une équipe où tout le monde connaît son rôle. James et moi, nous nous occupons principalement de prendre des rebonds. Et d’autres, comme Simon (Darnauzan), s’occupent de faire des passes et contrôler le match. Chacun fait son job et ça nous réussit.

BA : Comment décrirais-tu cette équipe ?
MS : Nous avons une équipe collective et expérimentée. Nous sommes meilleur quand nous sommes connectés, quand nous jouons en équipe, tant en défense qu’en attaque. Nous sommes en revanche mauvais quand nous commençons à jouer individuellement.

BA : C’est ta troisième saison en France. Tu t’y sens comment ?
MS : Je connais bien le championnat maintenant. Ça a toujours été l’un des mes objectifs de venir jouer ici donc je suis heureux. Il faut juste que je continue à travailler mon français.

BA : Tu fais actuellement ta meilleure saison. Beaucoup de monde te suit… Penses-tu qu’il est temps pour toi de monter d’un cran et de tenter la Pro A ?
MS : Je me concentre juste sur ma saison parce qu’elle n’est pas finie. Comme je te disais avant, au basket, tu ne peux jamais regarder trop loin devant. Donc après la saison, j’étudierai tout ce qui se propose.

BA : Tu fais un carton du haut de tes 1m96. Qu’est-ce qui fait la différence ?
MS : Je suis plus rapide que la plupart des autres 4 et j’essaie de travailler mon jeu pour être le plus complet possible. Je veux pouvoir faire le plus de choses possibles. Donc peu importe où je joue, je peux être bon.

BA : Qu’est ce qui fait la différence avec les saisons précédentes ? Tu es quand même le meilleur marqueur du championnat cette saison mais aussi le meilleur à l’évaluation.
MS : Mon équipe et le travail difficile que je fournis.

BA : Peux-tu nous en dire un peu plus sur tes débuts dans le basket ?
MS : Je suis de Gambie, dans l’Ouest de l’Afrique, c’est là-bas que j’ai commencé à jouer avec mes frères. Mon père nous avait fabriqué un terrain à la maison. C’est là que tout a commencé. Puis quand j’étais jeune, nous sommes allés vivre à Rhode Island aux Etats-Unis avec ma mère, mes frères et mes soeurs. Là, j’ai commencé à prendre les choses au sérieux. C’était un bon moyen de se faire des amis mais aussi d’éviter les ennuis.

BA : Pourquoi avoir choisi la France après l’université ?
MS : A cause de la règle des Cotonou. C’était un très gros avantage pour moi.

BA : Et depuis tu es resté par choix ou tu n’as pas eu d’autres opportunités ?
MS : C’est un choix. Comme je l’ai dit, j’ai toujours voulu jouer en France.

BA : Quel est ton objectif de fin de saison ?
MS : Faire les playoffs et être bon en playoffs.

BA : Individuellement ?
MS : Rester en bonne santé, être le meilleur joueur que je puisse être et avoir une longue carrière.

BA : Vous allez jouer ce week-end contre la dernière équipe du championnat.
MS : Je me suis foulé la cheville donc je ne vais pas jouer mais je pense que l’équipe va prendre ce match très au sérieux. Surtout après le bon dernier match de Charleville la semaine dernière.

BA : Tu penses rejouer quand ?
MS : Pas ce week-end mais le suivant j’espère.

Tags : , ,
Comments

Commentaires (1)

  1. OscarAbine

    Merci pour l'interview !