Mouhammadou Jaiteh : « Boris Diaw ? Quelqu’un de simple et que tu respectes énormément »

En « stage accéléré » avec les Bleus, Mouhammadou Jaiteh profite notamment des bons conseils de Boris Diaw.

Match après match, Mouhammadou Jaiteh emmagasine des souvenirs et de l’expérience. A ses côtés il n’a pas les plus mauvais des professeurs à commencer par le capitaine Boris Diaw. Ce dernier lui distille en effet de nombreux conseils que le jeune intérieur entend bien mettre à profit.

Le banc de l’équipe de France
« L’équipe est vraiment complète. On peut le voir avec l’historique des matchs depuis le début de la compétition. Chacun à son tour prend la relève. On a de la chance d’avoir Nando qui est exceptionnel en ce moment. Notre force c’est qu’on ne peut pas cibler chez nous un ou deux joueurs car tout le monde peut faire la différence ».

Un Euro en France = un Euro particulier
« Je le vis très bien. C’est un moment inoubliable. Je ne le réalise pas encore ; je n’essaye pas de penser à ce qui se passe, je fonce tout simplement. J’essaye de vivre ces moments-là à fond. A la base je ne devais pas être là ».

Une équipe qui reste focus
« C’est là où le premier tour a été très bénéfique pour nous. Tout le monde s’attendait à ce qu’il se passe tranquillement. Ça n’a pas été le cas malgré les cinq victoires. Ça a été des matchs gagnés dans la difficulté face à des équipes que l’on pensait moins fortes. Il ne faut pas commencer les matchs en pensant que tout est facile. Chaque match doit être pris au sérieux. L’expérience est là dans ce groupe pour aller dans ce sens ».

Sur la ferveur du public
« C’est une sensation incroyable. Rien qu’à la sortie des vestiaires quand on voit la salle qui est remplie l’émotion elle monte d’un coup. Tout le monde a été boosté ; je pense que ça n’est pas un hasard si notre meilleur match on le fait en huitième dans cette salle-là ».

La gestion des deux jours de repos
« Il y’a pas mal de temps qui est consacré aux soins et au repos, surtout pour les joueurs qui sont beaucoup sollicités. Il y’a trois matchs qui vont être comme à la guerre. C’est quand même la priorité actuellement. D’autres vont plus s’entrainer niveau cardio comme moi, Charles… Car tout le monde doit se tenir prêt. On ne sait pas ce qui peut se passer dans un match ».

Boris Diaw le grand frère
« En étant à l’intérieur du groupe on comprend pourquoi il est capitane. C’est vraiment la personne qui prend le temps de tout le temps expliquer. Il est toujours présent pour toi. Il te fait des remarques pour te faire comprendre certaines choses. C’est quelqu’un de simple, que tu respectes énormément que ça soit sur ou en-dehors du terrain. Ce mix-là c’est quelque chose que tu admires et que t’essayes de reproduire ».

Propos recueillis à Lille

Crédit photo : FIBA

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.