Preview : Nancy et Randal Falker à l’épreuve face au Paris-Levallois

Le SLUC Nancy et le Paris Levallois s’affrontent dans la série la plus incertaine de ces playoffs. Analyse détaillée de cette confrontation.

La 30ème journée a rendu son verdict et de Dijon, Nancy et Paris, c’est finalement Nancy qui s’offre la 4ème place, synonyme d’avantage du terrain en ¼ de finale. Pendant que la JDA poursuivait logiquement sa série de défaites à l’extérieur, Nancy s’est imposé très facilement contre Antibes et son futur adversaire parisien a réalisé une toute petite performance à Limoges, défaite de 17 pts et évaluation collective inférieure à 50.

Nancy recevra donc les Parisiens lors du premier match, puis les recevra à nouveau en cas d’égalité à la suite du match retour à Levallois. Ce premier match sera particulièrement périlleux pour les Nancéiens, puisqu’il ne se sera écoulé que 48h entre le déplacement à Paris pour jouer la finale de coupe de France contre Nanterre et ce quart de finale à Nancy le mardi suivant. Il faudra donc compter sur une récupération physique et mentale rapide, ainsi que sur une gestion minutieuse de la forme des joueurs par Alain Weisz, notamment pour Randal Falker, le leader du SLUC, qui souffrait d’une pubalgie et qui est le seul pivot de formation de l’effectif nancéien. Rappelons que Nanterre avait su tirer sa force de cette finale de coupe perdue pour aller ensuite battre Gravelines sur leur parquet en ouverture des playoffs. Cet handicap pourrait donc se transformer en avantage contre des parisiens en manque de rythme et restant sur un match frustrant à Limoges.

Falker-GobertDepuis début avril, l’équipe de Nancy affiche un visage plutôt séduisant, avec 3 victoires nettes contre Chalon, Antibes et Paris justement. Deux défaites également, contre Le Mans et Cholet, s’expliquant par une difficulté à gérer les fins de matchs. Nancy a véritablement du mal cette saison à forcer le destin dans les matchs serrés, et ceci devrait être un handicap sérieux contre Paris dans cette série. Alors que Randal Falker a continué à revendiquer son titre de MVP, avec un nouveau match référence contre Clint Capela et Chalon, avec 14 rebonds et 8 passes, Flo Pietrus a su se mettre en avant quand l’équipe en avait besoin, 17 pts contre Paris, les deux vétérans Nichols et Banks ont également montré un regain de forme. Paul Harris, Nick Pope et Clevin Hannah sont bien plus en retrait, ce qui offre un contraste saisissant entre la réussite sous le panier des nancéiens et leurs difficultés à longue distance (3/21 à 3 pts contre Cholet).

Paris-Levallois a bien géré cette fin de saison et peut aborder ce quart de finale avec confiance grâce à une invincibilité à domicile depuis le 2 février (défaite contre Strasbourg) avec notamment une épreuve de force contre l’ASVEL, balayé de 30 pts à la mi-temps il y a tout juste un mois, puis une victoire convaincante contre des orléanais qui jouaient leur qualification en playoffs. Toutefois pour passer ce tour, il faudra aussi gagner un match à l’extérieur et Paris reste sur 3 défaites de rang, notamment cette dernière contre Limoges où Greg Beugnot a beaucoup fait tourner son effectif, expérimentant notamment une titularisation de Louis Labeyrie. Paris s’appuie sur ses 2 leaders Schilb et Albicy, dont l’entente et le partage de responsabilités semble fonctionner désormais, ainsi que sur un regain de forme de Daniel Ewing et enfin sur la surprise Louis Labeyrie qui arrive à maturité et qui a été décisif contre Orléans. Attention néanmoins à ne pas trop souffrir de la maladresse de Albicy et Lang à longue distance et à la baisse d’impact d’Elton Brown dans la peinture, très peu servi par ses coéquipiers sur les derniers matchs.

Confrontations en championnat :

Au match aller, à Levallois, fin décembre, le PL l’avait emporté 84-73, profitant de la prestation parfaite de Maleye Ndoye (18 pts à 100%) et de Louis Labeyrie, héros du match à la suite de son 3 pts sur la tête de Flo Pietrus. Landing Sané et Gio Oniangue ayant également contribué à ce beau succès. Coté nancéien, Falker avait complétement éteint Elton Brown, mais l’absence de scoreurs fiables a été fatal, Nancy s’en remettant trop aux shoots longue distance, notamment Hannah et Nichols.

Au match retour, à Nancy, fin avril, avec le renfort de Blake Schilb mais sans Falker blessé, le scénario semblait se répéter en première mi temps, Paris ayant les mêmes facilités à trouver Maleye Ndoye, incandescent et Albicy retrouvant l’adresse. Mais Nancy s’est parfaitement ajusté en seconde, grâce notamment à une défense très agressive de Nichols et Harris sur les shooteurs extérieurs, ainsi qu’à l’apport de Marcus Banks et plus surprenant au récital offensif de Pietrus, inarretable (17 pts). Schilb a réalisé un de ses pires matchs de la saison avec 3 pts à 0/6 au shoot. Victoire de Nancy 66-59.

Notre prono : 

andrew albicyCette série est surement la plus incertaine et donc la plus passionnante entre deux équipes qui ont les moyens d’aller décrocher le titre. D’un côté, le Paris Levallois, sa star, MVP 2012 Blake Schilb, son international, meilleur passeur de la saison, Andrew Albicy à la baguette, dans les systèmes rodés de Greg Beugnot, pour décaler les shooteurs de grande taille du PL (Ndoye, Sané, Lang, Touré). De l’autre, Nancy et sa raquette infranchissable avec Randal Falker et Flo Pietrus, MVP étranger et meilleur contreur de la saison. On retrouvera également Paul Harris, capable de prendre feu et auteur de 2 matchs à 30 pts cette saison à côté de l’expérimenté et fiable scoreur Austin Nichols.

Il s’agira surtout d’une bataille de coachs car les deux équipes ont des styles très différents, Nancy qui dispose de la meilleure défense intérieure du championnat devra tenter d’abaisser l’adresse extérieure des shooteurs du PL, tout en bloquant Blake Schilb, dont le jeu est parmi les plus complets en ProA. A l’inverse, le PL dont le point fort défensif est sa capacité à faire déjouer les meneurs adverses et limiter la circulation de balle, devra surtout empêcher Randal Falker d’avoir sa productivité habituelle au rebond, point faible des parisiens, et le couper du jeu en attaque. Alain Weisz doit également élargir sa rotation, s’il veut bien négocier cette série de 3 matchs en 1 semaine.

Si au match aller, le coach nancéien n’avait pu trouver la solution pour résister aux scoreurs extérieurs parisiens, il a su inverser la tendance au match retour, bloquant leurs assauts grâce à un Austin Nichols déterminant, et a surtout gagné le match en l’absence de Falker. Toutefois Blake Schilb pourrait être l’arbitre de cette série, lui qui avait été transparent lors du dernier match mais qui est irrésistible dans les grands rendez-vous. Enfin avec la fatigue de la finale de la coupe de France des nancéiens et le temps de récupération extrêmement court accordée par la ligue, Paris pourrait jouer un très mauvais tour en surprenant Nancy à Gentilly. Il serait alors très dur pour le SLUC d’aller gagner à Levallois, tant les parisiens semblent dominateurs à domicile.

AVANTAGE PARIS 

Crédit photo : LNB/IS/Bellenger/F.Blaise

Par Jérémie Declipeur

 

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.