Nando De Colo : « Les Bleus : deux mois dans l’année où tu te sacrifies pour l’équipe »

De retour au plus haut niveau après sa blessure à la cuisse, Nando De Colo regarde l’avenir avec ambition, avec le CSKA Moscou comme avec l’équipe de France.

Nando-De-Colo-2

Auteur d’une prestation (26 pts, 4 rebonds, 5 passes, 3 interceptions) dans la lignée de sa superbe saison, Nando De Colo a permis au CSKA Moscou d’atomiser les Allemands de Bamberg (85-64) en Euroleague jeudi dernier. Souriant et sur le chemin de la grande forme après une longue blessure à la cuisse en fin d’année, l’arrière-meneur des Bleus nous a accordé un entretien dans les vestiaires du club moscovite.

Propos recueillis par notre correspondant à Moscou, Aly Keita

BasketActu : Vous n’avez pas débuté la rencontre dans le cinq de départ, et dès lors que vous êtes entré sur le parquet, le jeu de votre équipe s’est automatiquement remis en place. Etait-ce une stratégie de la part de votre entraîneur ?
Nando De Colo : Pas du tout. Parfois je suis dans le cinq de départ, parfois je n’y figure pas. Il n’y a pas forcément de vraie équipe type. Sur les trois années que j’ai passées avec le CSKA jusqu’à présent, le seul qui est dans le cinq systématiquement c’est Aaron Jackson. Pour le reste, cela dépend des matches.

BasketActu : Le CSKA est leader de la VTB League et également leader de sa poule en Euroleague. Au jeu des comparaisons, l’équipe est-elle plus forte que celle qui a triomphé en Euroleague la saison dernière selon vous ?
NDC : Etant donné qu’on a recruté deux-trois joueurs qui sont importants pour nous, mais c’était aussi ce que réclame cette nouvelle formule de l’Euroleague. Il n’y a que quatorze équipes, les joueurs importants de ces effectifs voudront évidemment figurer dans ces quatorze équipes donc les effectifs sont plus complets. La saison est longue, on a eu des blessés et des joueurs sont toujours à l’infirmerie, donc c’est bien d’avoir un effectif élargi. Notre équipe est plus complète que l’année dernière. On a su comment s’adapter et surtout comment rebondir après certaines défaites, ce qui est très important pour la suite.

BasketActu : Vous avez été longuement blessé à la fin de l’année 2016, comment-vous sentez-vous aujourd’hui ?
NDC : Ça va beaucoup mieux, ce n’est jamais facile de revenir d’une longue blessure, il faut toujours un petit moment d’adaptation. J’essaye de faire le maximum chaque jour pour revenir à 100% de mes capacités le plus vite possible. Je n’en suis pas loin, mais il faut toujours travailler sur la blessure en question.

BasketSession : Vous venez d’être sélectionné pour le All-Star Game de la VTB League (le 11 février à Sotchi – ndlr) pour figurer dans l’équipe des étrangers. Dans un sondage, les managers des 16 équipes que disputent l’Euroleague vous ont également désigné comme LE joueur qu’ils recruteraient en priorité. Comment vivez-vous cette reconnaissance de la part des fans et du milieu ?
NDC : Sincèrement, je n’y prête pas trop attention. Quand il y a du positif, cela fait toujours plaisir. Concernant le All-Star Game, ce sera une grande première pour tout le monde et on verra bien comment cela va se dérouler.

BasketActu : Vous allez fêter vos 30 ans en 2017, vous réalisez votre meilleure saison sur le plan statistique… Avec le départ de Tony Parker de l’équipe de France l’été dernier, vous sentez-vous prêt à récupérer le rôle principal chez les Bleus ?
NDC : On verra bien. Je l’ai déjà dit et répété, je n’ai jamais vu l’équipe de France comme un tremplin pour moi. Les Bleus représentent deux mois dans l’année où tu te « sacrifies » pour l’équipe. En un laps de temps aussi court, ce n’est jamais facile d’endosser le même rôle qu’en club. Ces dernières années, j’ai eu de plus en plus de responsabilités en bleu et j’en aurai certainement encore plus dans les années à venir. Il y a également beaucoup de très bons joueurs au sein des Bleus, mais nous allons véritablement être à un tournant cette année.

BasketActu : Pour quelles raisons ?
NDC : Car d’une part, il y a deux-trois noms bien connus (sourire) qui sont partis à la retraite et parce qu’il va falloir aussi rappeler d’autres joueurs que l’on n’a pas vus depuis quelques années en Bleu. Nous pouvons cependant avoir une équipe très complète et chacun va juste devoir trouver sa place.

BasketActu : Le DTN a déclaré récemment qu’avec l’Euro qui se tiendra en Finlande et en Turquie, il n’y aura pas d’impasse pour ceux qui auraient besoin d’un break cet été. L’équipe de France pourra-t-elle compter sur ta présence à l’Euro ?
NDC : Oui. Même si on ne peut jamais vraiment décider ce genre de choses à l’avance. Cependant, ma philosophie a toujours été d’être présent pour les Bleus, en prenant soin de bien me reposer entre la fin de saison et l’équipe de France. L’été dernier, nous n’avons pas eu ce moment de repos et cela s’est avéré très compliqué par la suite. Mais au final, tout cela dépend surtout de l’envie des uns et des autres.

Tags : , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.