Le Paris Levallois remporte un derby chaud bouillant face à Nanterre

Au terme d’un match âprement disputé, le Paris Levallois s’est imposé face à Nanterre sur le score de 71 à 60.

Mykal Riley dunk Claire MacelDeuxième journée et déjà le derby tant attendu par les Franciliens opposant la JSF Nanterre au Paris Levallois. Aussi après la belle ovation du PDS à Xavier Corosine, ancien capitaine, le match a démarré sur un rythme soutenu avec un duel Jaiteh/Ford (6 pts en deux minutes) dans la peinture. Pas très adroite près du cercle, l’équipe nanterrienne a été portée par sa traction extérieure Nzeulie/Riley pour résister aux assauts de l’attaque du PL menée par Sharrod Ford. Cependant, avec moins de réussite qu’à l’accoutumée, les joueurs de Pascal Donnadieu ont laissé leurs adversaires prendre doucement mais sûrement les commandes. Ce pourcentage en baisse est aussi à mettre au crédit de la défense agressive de JBAM and co. Gros pressing sur le porteur du ballon, lignes de passe coupées ont empêché Nanterre de développer son jeu rapide et de courses. Avec son physique de mastodonte, JBAM a symbolisé cette envie et cette combativité dont a fait preuve le Paris Levallois pendant la première mi-temps (série de 21-2 dans le deuxième quart-temps). Il a fallu attendre Mykal Riley et son tir primé et la folle dernière minute de Kyle Weems auteur de deux trois points pour voir le visage habituel de la JSF (32-40).

A la reprise, la JSF a imprimé le même tempo pour passer un 11-2 (avec 6 points de Johan Passave Ducteil) en trois minutes à un PL dépassé malgré la grosse présence physique de JBAM dans la raquette. Et quand Marc Judith se met à planter à trois points, c’est le signe d’une bascule. Mais une autre s’est aussi produite après une petit échauffourée entre Blake Schilb et Johan Passave-Ducteil qui ont tous les deux récolté une faute disqualifiante. Passé ce moment chaud, le PL a remis un coup de booster grâce à son pivot scoreur Sharrod Ford (29 points). L’ancien intérieur de Bamberg a montré toute son expérience et ce pourquoi il a jusque là un joli parcours sur la scène européenne. Et quand il n’a pas scoré c’est le meneur Mike Green, ancien du Khimki, qui s’en est chargé. Pascal Donnadieu a eu beau utiliser des temps-mort et ouvrir son banc, Nanterre n’a pas réussi à trouver la grinta pour faire basculer le mach comme l’équipe a su le faire par le passé.

La JSF connaît donc sa première défaite de la saison alors que le PL a montré lui un visage plus convaincant que face au CCRB.

Crédit photo : Claire Macel

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.