Nanterre s’offre Cantu au bout du suspense

Grâce à un Sergii Gladyr incandescent, la JSF Nanterre est venue à bout de Cantu sur le score de 88 à 84 après deux prolongations.

kevin-lisch-jsf-nanterrePour son retour sur la scène européenne via son entrée en lice en Eurocup, la JSF Nanterre se voyait offrir un adversaire de choix avec l’équipe italienne de Cantu. Pour construire leur victoire, les Franciliens auront toutefois mis le temps.

Dès les premières minutes, la JSF a su imposer son jeu rapide face à une équipe de Cantu trop dépendante de Joe Ragland au scoring et dans la conduite du jeu. Face à la présence de Johan Passave-Ducteil, l’ancien adversaire du Sluc Nancy en Euroleague a peiné à s’approcher du cercle. Mais une fois les ajustements trouvés les débats ont été davantage équilibrés mais avec un niveau de jeu relativement terne dû à un manque de réussite des deux équipes au tir (41% pour Cantu à la mi-temps, 47% pour Nanterre. Mais a contrario de ses sorties précédentes, JSF a pu compter sur les deux revenants Kevin Lisch (3 points au total, tous sur lancers-francs) et Sergii Gladyr. Si le premier a beaucoup tenté sans trouver la mire, on est venu à se dire en voyant l’apport du second qu’avec sa présence Nanterre aurait sans doute pu être mieux armé dans la course au Top 16. Élégant, excellent à trois points et leader dans l’âme, l’international ukrainien a été l’élément déclencheur qui a permis à Nanterre d’emballer le match dans le troisième quart-temps (14 points pour lui durant la période). Le petit éclat a eu le mérite de réveiller Cantu qui a amorcé un retour (58-59 à la 37e) par une défense bien plus agressive et un Aradori en mode Euro. Dans un final tendu marqué par une trop grande précipitation en attaque et un manque d’adresse, c’est encore Sergii Gladyr qui a sorti Nanterre de la mouise par une interception et un trois points. Mais alors que l’on croyait le match plié pour Nanterre, Cantu a réussi sur deux lancers-francs de Pietro Aradori à pousser son adversaire à la prolongation. Dans la dernière ligne droite, la JSF a alors manqué d’un peu de jambes pour faire la différence sans pour autant lâcher prise. Il a encore fallu que Sergii Gladyr (30 points au total) fasse usage de son bras magique au cours des deux prolongations et que David Lighty le seconde au scoring pour que Nanterre arrache la victoire et s’évite une somme de regrets.

Crédit photo : Claire Macel

 

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.