Le Paris Levallois au bout de l’effort face à Nanterre

Au terme d’un match particulièrement engagé, le Paris Levallois s’impose face à la JSF Nanterre sur le score de 82 à 71.

Marc-Judith-large-« Un derby ça ne se joue pas ça se gagne« . Et la gagne les deux équipes la voulaient vu l’engagement mis sur le parquet, le tout sous le regard de l’international Léo Westermann.
C’était une question de suprématie…. Dès le départ, les deux équipes n’ont d’ailleurs pas badiné avec la notion d’engagement. Car rarement un match au Palais des Sports de Nanterre n’a connu une telle intensité cette saison. Au coude à coude, c’est toutefois le Paris Levallois qui a pris les commandes porté par la grinta de Landing Sané. Gênée par le pressing défensif du PL, la JSF, elle, a eu du mal à mettre en place son jeu rapide mais a eu en David Lighty un pistolero on fire (7 points durant les dix premières minutes). Par la suite les joueurs de Greg Beugot ont profité de plusieurs paniers faciles dans la raquette afin de creuser l’écart. Nanterre a alors fait un peu de son retard grâce à la vista de Trent Meacham à trois points (3/3 à la mi-temps) et à l’intensité physique de l’ailier Marc Judith (35-36 à la mi-temps).
Mais au retour des vestiaires c’est le Paris Levallois qui a refait un petit éclat grâce à ses paniers près du cercle tandis que la JSF a tiré profit du réveil au scoring de Will Daniels (6 points dans le troisième quart-temps). Mais si Nanterre n’a pas ménagé sa peine à l’image du duo Judith/Passave-Ducteil, le collectif du PL a tenu son adversaire à distance. Trent Meacham a alors du prendre ses responsabilités pour éviter l’ouverture des vannes car le Paris Levallois a toujours eu de l’adresse et de la dureté, parfois un peu trop à l’image de la faute anti-sportive de Giovan Oniangue sur David Lighty. De plus en plus bousculée, la JSF a eu du mal à rester dans son match mais a trouvé en Will Daniels son homme-providentiel. Mais cette série de l’ailier-fort n’a finalement pas permis à Nanterre de faire son retard, la faute à des petites erreurs en défense et dans le jeu.

Le Paris Levallois a donc pris sa revanche sur son voisin nanterrien après avoir perdu le match aller à domicile.

Crédit photo : KREINE Photodesign/Claire Macel

Tags : ,
Comments

Commentaires (6)

  1. Marley

    A préciser que la faute anti-sportive de Giovan Oniangue sur David Lighty n'a PAS été sifflée.
    Aucun mot non plus sur le harcèlement de Beugnot envers le corps arbitral.
    Gentillesse unanime envers ce club qui se permet tout, les coups et les pressions.

  2. Kevin92

    Beugnot est, pour moi, une honte pour le basket français. Dire "ferme te gueule" à Pascal Donnadieu c'est tout de même grave. C'est aux coachs de montrer l'exemple à leurs joueurs, ici l'exemple est très beau…

  3. PL

    Beugnot a quel moment il a dis fermé ta geul à Pascal ???

  4. Kevin92

    Je ne suis pas le seul à l'avoir vue alors ;)