Nanterre a eu très chaud contre Pau

Nanterre a souffert jusqu’au bout pour s’offrir Pau (81 à 77).

Pour Nanterre et Pau la problématique était un peu la même : retrouver des sensations en championnat. Et entre deux équipes plutôt joueuses ça a très vite été un jeu d’adresse avec dans les rôles principaux Tasmin Mitchell (10points dans le premier quart-temps) et le duo Harris/Denave (5 points chacun à la 10e). Si la JSF a ensuite connu un petit coup de mou au début du deuxième quart-temps, elle a toujours su se remettre la tête à l’endroit grâce à une grosse réussite au tir primé (42% à la mi-temps) la spécialité-maison. Il fallait mieux ça car l’ailier Lance Harris a pu faire à peu près tout ce qu’il voulait (14 points à la 20e) tout comme son coéquipier Steven Smith (13 points à la 20e).

A la reprise la JSF a très vite augmenté le rythme sous l’impulsion de Mykal Riley. Si la réussite à trois points était là, les Nanterriens ont aussi enfoncé le clou à l’intérieur avec un Mouhammadou Jaiteh particulièrement investi en défense. Résultat : cela a fait 15-5 en moins de trois minutes. Sans une bonne séquence de Michael Thompson en fin de quart-temps et des fautes à son encontre, Nanterre aurait pu affronter les dix dernières minutes avec un écart plus confortable (67 à 57 à la 30e). Car cette équipe, qui n’est pas totalement en confiance depuis le début du championnat, est capable de connaitre quelques trous et de relancer bien involontairement son adversaire dans le match. Lance Harris en a d’ailleurs profité pour ramener Pau à cinq petits points avant le money-time (70-65 à la 35e). Alors que le souffle béarnais se faisait de plus en plus sentir, la JSF a été frappée par la maladresse perdant de précieux ballons. L’action à trois points de Jaiteh à la 37e a alors fait un bien fou avant que Riley ne provoque judicieusement la troisième faute d’Harris. Mais il a fallu attendre deux lancers-francs de Jérémy Nzeulie pour souffler et savourer le goût de la victoire.

Aussi si le succès est au rendez-vous le plus dur attend Nanterre à savoir enchaîner. Car la JSF a montré que la constance n’était pas encore dans son vocabulaire.

Crédit photo : F.Blaise

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.