Nanterre puissance deux contre Kiev

Au terme d’un match maîtrisé de mains de maître, Nanterre a battu Kiev sur le score sans équivoque de 80 à 61 .

NanterreUn one-shot la victoire face à Barcelone ? Au terme d’un match en deux temps la JSF Nanterre a montré qu’elle était plus que légitime en Euroleague avec toujours à sa portée la possibilité d’une qualification au Top 16.

Si le temps francilien est actuellement maussade, la température de la Halle Carpentier était tout l’inverse. Ce coup de chaud localisé dans une enceinte de 5000 places la JSF Nanterre en est la grande responsable. Face à Kie, les hommes de Pascal Donnadieu ont confirmé leur succès catalan au terme d’un match en deux temps. Premier acte : une première mi-temps de rêve. Avec un basket léché sur le plan offensif, Nanterre a surtout impressionné par son organisation défensive, le capitaine de ce secteur Johan Passave-Ducteil n’ayant pas donné sa part aux chiens. Darjus Lavrinovic, qui lui rend pourtant plusieurs centimètres, a payé chère la leçon d’un soir notamment avec un gros poster in your face de Mam Jaiteh. Incroyablement apathiques (61 à 9 à l’évaluation à la mi-temps), Kie a essuyé une pluie de shoots : trois points, intérieur… Toute la panoplie y est passée ou presque. Dernier arrivé mais fin connaisseur de la maison verte, David Lighty a lui aussi participé à la fête malgré quelques petites erreurs logiques après seulement quelques jours d’entraînement avec le groupe (51 à 23 à la mi-temps).

Il a fallu attendre la deuxième mi-temps pour voir une équipe de Kiev davantage au niveau Euroleague. Dajuan Summers a ainsi fait très mal à une équipe nanterrienne plus fébrile en terme d’organisation. Touché par les fautes, Nanterre a aussi laissé son adversaire prendre des points sur la ligne des lancers-francs. C’est par la défense que la JSF a répondu au nouveau défi physique imposé par Kiev. Discret durant la première période, Lighty a été bien plus intéressant avec notamment de bonnes séquences défensives. Et malgré quelques fulgurances de Kiev avec l’insolent Summers, Nanterre n’a eu qu’à tranquillement gérer son money-time et Pascal Donnadieu à faire tourner un banc plus que fourni histoire de ménager les organismes.

Pour Nanterre cette large victoire leur permet d’espérer toujours une qualification au Top 16.  Ce qui n’était pas arrivé depuis ? On avait presque oublié finalement tellement cela est rare.

Crédit photo : Claire Macel

 

Tags : ,
Comments

Commentaires (9)

  1. mimil

    Il y a Nanterre et il y a les autres héhéhé

  2. RomainFougeron

    Gros relâchement dans les dernières minutes, c'est dommage quand on sait que chaque point compte en Euroleague. Le match était quasi parfait sinon.

    Maintenant, si Foster s'en va vraiment, va y avoir un souci au poste 1…

  3. EmôrèJ

    Pascal n'est pas du genre à se créer des problèmes : s'il laisse partir Foster, ce n'est pas un caprice pour récupérer Lighty, c'est aussi qu'il est certain que l'équipe se renforcera plus qu'elle ne va perdre. Et pour faire souffler Meacham, il a certainement déjà tout prévu.

    Pour revenir sur le match, très grosse première période. La deuxième est plus équilibrée mais l'équipe se relâche forcément un peu et Kiev avait le droit d'être bon un minimum de temps quand même ;) Et +19 ça reste très intéressant en attendant le match retour.

  4. Damelodraman

    Impressionné par cette équipe de Nanterre… Ils ne souffrent d'aucun des maux français habituels, en particulier de cette baisse d'intensité énorme après un bon début de match, ou de ce réveil tardif après avoir commencé le match tranquille. Il ne cherchent pas à gagner seuls quand leur équipe connait un coup de moins bien (enfin, si, une fois… à Belgrade). Ils restent dans le système, ils restent dans leur jeu collectif, et dans la discipline imposée par ce niveau et le plan de jeu.

    En dehors du résultat, on les sent vraiment parfois jouer comme un seul homme, des deux cotés du terrain. Bravo à coach Donnadieu, il fait un travail tout bonnement exceptionnel.

  5. Gael

    Je repense fortement à tous ceux qui (N)enterraient la JSF en disant meme que ça devenait ridicule d'avoir ce genre d'équipe en euroleague … a bon entendeur …