Nate Carter : la saison parfaite

Qui mieux qu’un général pour mener les troupes ? Lors de la finale des play-offs de Pro B face à Dijon, Carter fut l’un des hommes-forts de Nanterre.

On a coutume de dire que les finales révèlent les grands joueurs, ce fut le cas du nanterrien Nate Carter. À la défense dijonnaise, le pivot américain a répondu par l’attaque : 22 pts au total avec une réussite insolente (80% au tir et 85,7% aux lancers-francs). Le pivot américain d’1m99 a donc joué sur ses qualités offensives pour porter l’escouade et dominer un secteur intérieur dijonnais en totale déroute (4/15 au shoot et 4 rbds pris pour le duo Dia/Moss).

La stratégie de départ, qui était de miser sur l’attaque et de faire déjouer la défense adversaire, a ainsi  fonctionné à merveille. Nate Carter l’a d’ailleurs reconnu en conférence de presse d’après-match :

« Le coach nous avait dit de faire beaucoup d’écrans retard car leurs intérieurs étaient solides, mais on a fait du bon travail ».

Carter n’a pas oublier de souligner que la saison prochaine serait « un challenge pour l’équipe ». En fera-t’-il parti ?

Rien n’est moins sûr. Car Nate Carter n’a pas encore signé de prolongation de contrat. Double MVP (finale et saison régulière), l’Américain est devenu un joueur convoité qui ne manque pas de propositions.

« Ça ne nous arrange pas qu’il rafle tous les trophées, sa valeur va augmenter », plaisantait Pascal Donnadieu, le coach de Nanterre.

Il n y a qu’à voir ses statistiques pour abonder dans son sens : 17,4 pts, 5,5 rbds et 1,7 pds pour 17,3 d’évaluation moyenne en 33 matchs de saison régulière. Un joueur qui a pu s’exprimer pleinement au sein de la JSF dont le coach n’a jamais caché son goût pour le basket offensif. Pourtant, Carter n’est pas forcément le joueur qui va marquer les esprits au premier coup d’oeil. Il reste que son importance reste fondamentale car le pivot est un finisseur n’ayant pas son pareil pour marquer des paniers importants.

S’il a connu une fin de saison un peu délicate à cause de douleurs dans le dos, sans doute dues à un hiver chargé (blessures de Passave-Ducteil et Daniels), Carter peut-être satisfait de ce qui reste jusqu’à présent comme la meilleure saison de sa carrière.

Tags : ,
Comments

Commentaires (3)

  1. Nairod

    La grosse question maintenant c'est n'est-il pas trop petit pour la ProA?

    Je déteste cette affirmation, mais il faut avouer que chaque fois qu'il a été opposé a des intérieurs de grande taille il a été très très géné, et ça c'est confirmé face au PL en Coupe de France!

    Alors peut-il se faire une place en ProA? ou va-t-il continuer à dominer en ProB, sans pouvoir viser plus haut?…

  2. bbforlife

    peut être du au faite de n'avoir pas beaucoup jouer contre des intérieur de grande taille

  3. nathan carter sr

    where ever he goes he will be a success and dominate