Nicolas Batum, ce perdant magnifique

Nicolas Batum a beau avoir fait le match de sa vie face à la Serbie, l’effort a été vain. Mais on a peut-être assisté au déclic pour l’ailier des Blazers.

On a suffisamment reproché à Nicolas Batum d’être trop effacé lors des dernières campagnes de l’équipe de France pour saluer son comportement vendredi soir. Dans la défaite, l’ailier a été le Bleu le plus admirable, celui qui a refusé l’échec et la défaite. Battre son record de points à cette occasion (35 points) ne consolera pas le joueur des Blazers, en feu et injouable pour la défense serbe grâce à une pluie de tir à 3 points (8/12) et un 4e quart-temps héroïque bien que vain. Mais ce sursaut d’orgueil servira peut-être de déclic à Batum, qui a pris ses responsabilités face aux Serbes et endossé le costume de leader offensif que tout le monde attendait de le voir porter, surtout en l’absence de Tony Parker.

Les choses avaient pourtant bien mal démarré, pour le joueur de Portland, KO technique au sens propre comme au figuré. Groggy comme ses coéquipiers à cause de l’énorme gifle serbe infligée d’entrée de jeu, mais aussi assommé par Stevan Jovic sur un geste involontaire en début de deuxième quart-temps. Contraint de quitter le parquet, on a bien cru que Nicolas Batum ne serait pas apte à reprendre sa place. Mais cette claque a été l’éléctrochoc. Plus agressif défensivement, sur Teodosic notamment, et plus individualiste dans le bon sens du terme de l’autre côté du terrain, Batum a livré une bataille de haute volée face à la sélection des Balkans.

36 minutes, 35 points, une flamme ravivée

En rupture, en sortie de dribble, sur appui arrière, ou enfin de possession, le #5 a fait mouche presque à chaque fois pour maintenir l’équipe de France en vie et raviver une flamme que l’on pensait définitivement éteinte. La FIBA n’a pas a hésité à lui consacrer une vidéo pour récapituler les 36 minutes quasi historiques fournies pas le joueur de 25 ans.

La voix posée mais la déception palpable, Nicolas Batum ne s’est pas attardé sur son chef-d’oeuvre au micro de Canal Plus Sport. A l’image du capitaine Boris Diaw, qui a lui aussi fait ce qu’il a pu, l’ailier a souhaité que tout le monde se remobilise en vue du match pour la 3e place samedi face à la Lituanie.

« On a montré qu’on pouvait être une grande équipe de basket mais on n’était pas prêt aujourd’hui. Il faut oublier, la finale, ça ne sera pas pour nous. On peut quand même marquer l’histoire en allant chercher le bronze. »

C’est tout le mal que l’on souhaite à l’équipe de France et à Nicolas Batum, dont le « match d’une vie » a évidemment beaucoup fait parler sur Twitter, en France comme à l’étranger.

Il a enflammé Twitter

Dur à encaisser ! 39 points dans le dernier 1/4 fallait le faire ! @nicolas88batum phénoménal. Sans rancune, bravo Srbjia #allbleus — Laury Thilleman (@LauryThilleman) September 12, 2014

 

Merci Nico tu nous fait rêver @nicolas88batum— Ariane Brodier (@ArianeBrodier) September 12, 2014

 

Batum will score threes until the dawn! — Eurohoops.net (@Eurohoopsnet) September 12, 2014

@nicolas88batum is not trying to lose this game! France 66 Serbia 72 3min to go — Andre Drummond (@AndreDrummondd) September 12, 2014

 

Batum is my favorite player now — Batterflie ♨ (@AllanPaulOng) September 13, 2014

 

Nic Batum put up a clinic in that loss wow #FIBAWorldCup2014 — Knuckle (@nakuliyer1) September 13, 2014

 

YOU THE REAL MVP NICOLAS BATUM — Kuya mo Duls (@MichaelOdulio15) September 13, 2014

 

Meanwhile, @nicolas88batum is going insane trying to bring France back in FIBA semi against Serbia. — David Aldridge (@daldridgetnt) September 12, 2014

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.