Nikola Antic : « Quand Nanterre a la confiance, ça n’est pas facile de les arrêter »

Après la défaite de Châlons-Reims à Nanterre, Nikola Antic a salué la qualité de la prestation de Nanterre.

Face à Châlons-Reims, il n’a gallu qu’un quart-temps à la JSF Nanterre pour plier l’affaire (34-17). Pourtant la réception du promu avait tout du match-piège pour les Franciliens car le CCRB restait sur une solide prestation face à l’ASVEL. Pour l’entraineur Nikola Antic, si la défaite a été au rendez-vous c’est aussi la « faute » de Nanterre qui a su réaliser une prestation solide des deux côtés du terrain.

Une première mi-temps compliquée
« Il faut d’abord dire que l’on a joué contre une bonne équipe. On savait bien que Nanterre sur ces deux dernières années ce n’était pas qu’une bonne équipe offensive mais aussi défensive. Il y’a une part de responsabilité avec l’équipe d’en face. Je pense aussi qu’inconsciemment au début du match on est tombé dans un piège de ne pas faire les fautes. On n’était pas au complet ; il manquait deux joueurs. Il fallait commencer avec beaucoup d’agressivité. Je voyais qu’au début ce n’est pas en défense qu’on n’a pas réussi c’est en attaque. On a fait des mauvais choix et ça a permis de donner des paniers faciles à l’adversaire. Quand Nanterre a la confiance, ça n’est pas facile de les arrêter ».

Une défaite qui peut servir pour la suite ?
« Si je pouvais deviner à quel moment on sera mauvais ou bon je serais le meilleur entraineur du monde (il sourit). Cette année il y’a eu un match très tôt à Dijon où on avait perdu avec -21 mais ça n’était pas flagrant. Mais après on a enchainé des bons matchs. C’est peut-être une bonne chose et je préfère perdre une fois de 30 points que cinq fois de un point. L’avenir nous dira si ça nous servira ».

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.