Notre bilan de saison régulière en Euroleague

On passe aux choses sérieuses en Euroleague. Fini les phases de qualification, place au Top 16 avec de belles confrontations à venir. En attendant, voici notre bilan de la saison régulière.

Notre meilleur 5

Zoran Planinic : Un métronome capable d’apporter son écho dans tous les secteurs du jeu. Juste indispensable. Et quelle classe…
Vassilis Spanoulis : Au sommet en mai dernier, Spanoulis n’a depuis pas débandé. Que ce soit au scoring ou à la passe, le trentenaire est juste incontournable. Un MVP en puissance.
Sonny Weems : Aussi agaçant que talentueux. Capable d’être fantomatique pendant 39 minutes puis de venir vous tuer dans le money time. Vilnius et le Partizan en savent quelque chose.
Viktor Khryapa : Le Boris Diaw russe est en mission. Décidé à faire oublier Andreï Kirilenko, Khry-khry est au sommet de son art.
Ioannis Bourousis : Un autre lymphatique qui semble avoir atteint sa pleine mesure cette année.

Notre deuxième 5

Bobby Brown
Rudy Fernandez
Bostjan Nachbar
Kyle Hines
Nenad Krstic

Mentions : Mike Gelabale, Keith Langford, Kostas Papanikolaou, Stephane Lasme, Shawn James, Darjus Lavrinovic

Le 5 flop

Bo McCalebb : branché sur courant alternatif. A l’image du Fener.
Sarunas Jasikevicius : parler de son niveau actuel fait mal au cœur. Alors mieux vaut ne rien dire.
Drew Nicholas : Meilleur absent que présent. Fut l’un des meilleurs shooteurs d’Europe.
Nik Caner-Medley : Mi-blessé, mi-blacklisté par David Blatt.
Joey Dorsey : Son arrivée avait relancé l’Olympiacos l’an passé. L’inverse cette année.

Le 5 espoirs

Léo Westermann : un meneur de jeu à l’ancienne aux qualités offensives louées par tous. Son avenir européen s’annonce radieux.
Nemanja Nedovic : un petit Rakocevic, le sens de la passe en plus. Capable d’artiller à longue distance ou de finir près du cercle. Attention tout de même aux craquages.
Vladimir Lucic : le coup de foudre. Ailier extrêmement culotté, ne lui reste plus qu’à développer son shoot extérieur avant de rejoindre un club du Top 8 européen.
Nikola Mirotic : L’intérieur s’est fait une place au chaud dans un collectif résolument porté sur le shoot extérieur. Pour lui comme pour son équipe, les choses sérieuses commencent maintenant.
Dejan Musli : Le grand espoir serbe est encore trop brut de décoffrage mais il ne manque pas de volonté. Coach Vujosevic a révélé Pekovic et Maric, il en sera de même pour Musli.

Mentions : Jaka Blazic, Klemen Prepelic, Dragan Milosavljevic, Davis Bertans, Leon Radosevic

La surprise : Zalgiris Kaunas

Coaché de main de maître par Joan Plaza, le Zalgiris est la révélation de ce début de saison Euroleague. Dure au mal à l’intérieur, la formation lituanienne peut compter sur le pistolero Popovic et sa doublette américaine Lafayette – Darden pour mettre la pagaille entre les lignes adverses. Le portrait aurait pu être idyllique si ses problèmes financiers, en plus d’une instabilité interne chronique, n’étaient pas apparus au grand jour. Mention spéciale au public de la somptueuse Zalgirio Arena.

La déception : Olimpia Milano

Une équipe de stars incapables de jouer ensemble. La faute, entre autres, à un coaching exécrable. Souvent tenue à bout de bras par Keith Langford et Ioannis Bourousis, la formation lombarde sort sans gloire au premier tour de l’Euroleague. Un juste retour des choses après un parcours 2011-12 déjà chaotique, qui l’avait vu obtenir par miracle sa qualification pour le Top 16. Omar Cook a quitté le navire. Richard Hendrix devrait suivre. Antonis Fotsis est poussé dehors. Et Scariolo ?

 

Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires

Comments are closed.