Nouvel échec pour les Bleues en Finale de l’Euro

Auteur d’une belle compétition, l’équipe de France s’est une nouvelle fois inclinée en finale d’un EuroBasket, face à l’Espagne.

Quatre à la suite. Pour la quatrième fois d’affilée, l’équipe de France féminine doit se contenter de la médaille d’argent du championnat d’Europe. Comme en 2013 et en 2017, elle s’est inclinée face à l’Espagne, qui réalise donc le back-to-back. L’absence d’Alba Torrens, MVP de l’édition 2017, pouvait laisser penser que les Bleues avaient les moyens de mettre fin à cette série. Il n’en a rien été. Pire, elles n’ont jamais paru en mesure d’inquiéter la Roja qui s’est très largement imposée (66-86).

Dès le départ, on a senti que la soirée serait compliquée. A la rue en défense, l’EDF a encaissé 32 points rien que dans le premier quart-temps qu’elle finissait à 11 longueurs des Espagnoles. Il faut dire que ces dernières étaient portées par une Marta Xargay incandescente derrière la ligne à trois-points. L’arrière du Dynamo Kursk réalisait d’entrée un impressionnant 3/3 à 3-pts (5/8 au final, pour 23 pts, 4 pds et 28 d’éval). Passives en défense, notamment sur le repli, peu efficaces offensivement, les Bleues ont vite accusé près de 10 pts de retard.

On se mit à espérer quand après un temps-mort, elles recollaient à un petit point. Mais la fin du premier quart a été un calvaire. Même si elles sont revenus à 5 petits points en début de deuxième période, leur naïveté défensive permettait à la Roja de prendre le large. Et ce malgré l’abattage de Sandrine Gruda (18 pts, 6 rbds). Les Bleues atteignaient la pause avec 14 points de retard, et 50 pions dans la musette.

Dans le sillage de Bria Hartley (17 pts), et grâce à une agressivité un temps retrouvée, elles sont repassées sous la barre des dix points. Mais les Espagnoles étaient en contrôle et ont remis un dernier coup d’accélérateur en fin de troisième pour ne plus jamais être inquiétées.

S’il y a de quoi être frustré par ce nouvel échec en finale, les Bleues savent que la Roja était de toute façon plus forte. Et puis, avec six podiums consécutifs, l’équipe de France peut se montrer satisfaite. Même si elle a frisé la correctionnelle en quarts contre la Belgique, elle n’est plus sortie du Gotha du basket européen depuis de nombreuses années. Elle place en outre une joueuse, Sandrine Gruda, dans le meilleur 5 du tournoi.

Surtout, les Françaises ont fait un grand pas vers les JO de Tokyo 2020. Grâce à leur performance dans cet Euro, elles disputeront en février l’un des quatre tournois de qualification aux Jeux. Là, il leur faudra finir dans les trois premières d’un groupe de 4 pour aller au Japon.

Tags : , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.