Paris Levallois corrigé par Pau Lacq Orthez

Encore une fois le Paris Levallois a pris l’eau en championnat cette fois-ci par une séduisante équipe paloise : 90 à 83.

Après la rencontre face à ULM en Eurocup, Greg Beugnot avait déclaré que la réception de Pau en Pro A serait un match important. Mais les Palois et leur équipe très joueuse leur ont joué un bien mauvais tour.

morencyFrustrant c’est certainement le mot qui qualifie le mieux le Paris Levallois qui malgré un sursaut à Chalon la semaine dernière n’a pas su confirmer face à Pau, un adversaire pourtant dans ses cordes. Mais il faut dire que l’équipe béarnaise n’a pas usurpé sa victoire loin de là. A l’image d’un Jean-Fred Morency très intense, les joueurs de Claude Bergeaud ont débuté leur match pied au plancher. Très facile en attaque, les Palois ont profité de l’inconstance des Franciliens pas assez mordants en défense. Malgré un Jawad Williams volontaire mais un brin trop soliste (7 tirs tentés dans le premier quart-temps), la réussite adverse ne leur a pas permis de prendre les commandes du match. Si dans le deuxième quart-temps Nicolas Lang a été précieux pour alimenter la marque, le coup de mou traversé par l’Elan ne leur a pas été fatal. Profitant de la science du jeu de David Denave, Pau a tué son adversaire d’un trois points acrobatique juste avant la pause par le même Denave (38-47 à la mi-temps).

Et a la reprise, Pau a encore plus enfoncé le clou avec un Nikolov diabolique d’efficacité. Pour le PL, les travers habituels ont alors vite fait leur retour : du laxisme en défense et un collectif à la peine. Elton Brown, plus en forme que face à ULM, a tenté d’apporter un peu de points mais la réussite était clairement dans le camps palois. Sous les cris de leurs supporters, Nivins, Sylla, Denave tour à tour ont multiplié les paniers faciles accentuant ainsi leur avance face à une équipe du PL tombant dans une Albicy-dépendance au scoring. La formidable circulation du ballon si cher à Claude Bergeaud a aussi contribué à enfoncer un Paris Levallois souvent en retard sur les aides défensives et puni par une pluie de trois points ou de shoots intérieurs faciles. Il y’a bien eu un petit réveil dans le money-time mais le sort du match était scellé depuis très (trop) longtemps.

Pour le Paris Levallois cette énième défaite fait donc très mal. Et à moins d’une grosse remise en question on ne voit pas à court terme comment ce PL-là peut retrouver une place au classement plus conforme à ses ambitions.

Tags : ,
Comments

Commentaires (6)

  1. GW_

    Un très bon résumé de la rencontre. Et je partage la conclusion.

    A noter également que le feu est venu du jeune Banga Sy et qu'Anagonye s'enfonce à chaque match dans une caricature de joueur dur qui n'apporte rien d'autres que des fautes et des maladresses…

    C'est vraiment anormale que ce soit les français, et uniquement les français qui soient capables d'apporter de la cohérence au jeu et remontent l'écart à chaque match.

    Mais comme Beugnot prefère taper sur Sané et Oniangue et humilier Poirier et Labeyrie, on ne risque pas de voir les JNFL se remettre en question…

  2. pekovic

    un commentaire de vincent collet sur le projet collectif proposé par greg beugnot ??