Le Paris Levallois a du mal avec ses « starlettes »

Après la prestation ratée de certains de ses cadres face à Dijon, Gregor Beugnot a une nouvelle fois eu des mots durs envers eux.

Les semaines se suivent et se ressemblent au Paris Levallois. Alors que l’on croit après chaque petit coup de mieux que l’équipe va décoller, elle finit toujours pas retomber dans ses travers.

« Le film du match est criard sur l’esprit. C’est aberrant de voir ça, c’est bis repetita. Il faut à un moment que l’on prenne conscience que l’on est lamentable Les joueurs ne se révoltent pas » soupire le coach Gregor Beugnot.

Dans le viseur le trio Sharrod Ford/Mike Green/Blake Schilb. Le premier a réalisé sa plus mauvaise prestation de la saison bien gêné par l’agressivité défensive des Dijonnais. Dans le dernier quart-temps, ces derniers ont d’ailleurs tâté du banc de touche. Car si le Paris Levallois a pu grignoter son retour ce ne fut pas grâce à eux mais à des joueurs de devoir comme Giovan Oniangue et JBAM. Plutôt réputés pour leurs qualités défensives ils ont été les meilleurs scoreurs de l’équipe avec respectivement 14 et 10 points.

« Il faut mettre sur le terrain des joueurs qui ont certaines qualités et certaines vertus. Il faut voir quelque chose et on n’est pas là pour voir des starlettes jouer. Prendre l’équipe en otage comme ça je trouve ça lamentable. Je n’aime pas cette image que l’on donne. On peut passer de -5 à -20 sans qu’il n’y ait l’ombre d’une réaction » a expliqué Gregor Beugnot.

C’est sans doute ça le plus inquiétant au niveau de l’équipe car s’il y’a bien quelque chose d’incontestable c’est que les talents purs ne manquent pas. Sauf que l’attaque ne fait pas tout, il faut aussi savoir et avoir envie de défendre ce qui n’est pas le cas de la formation francilienne pour le moment.

« L’envie de se faire mal défensivement, l’envie de jouer ensemble… je ne retrouve pas ça du tout dans mon équipe. Giovan et JBAM étaient fatigués ce soir (hier) mais ils se sont révoltés et ils se sont faits mal. Mais il faudrait aussi que les joueurs qui ont un plus gros temps de jeu soient capables de produire ça ».

Seulement ces joueurs en sont-ils capables ?

« Se croire indispensable sur le terrain certes mais représenter un club de cette manière-là… Ma crainte c’est de me dire est-ce-qu’ils peuvent réagir ? Ca je ne sais pas. On va aller au VIP certains seront en train de rigoler ; comment voulez-vous changer ? C’est vous humainement qui devez être vexé ».

A bon entendeur….

Crédit photo : Karen Mandau/Paris Levallois

Tags :
Comments

Commentaires

Comments are closed.