Paris Levallois surpris par Orléans

Dans un match très serré c’est finalement Orléans qui a eu le dernier mot face au Paris Levallois (53 à 51).

Après la réaction à l’Asvel la semaine dernière, on était en droit d’attendre que le Paris Levallois confirme à Marcel Cerdan face à Orléans. La formation du Loiret, amputée de trois membres de son cinq majeur (Eito, McAlarney et Sylla), n’arrivait pas, en plus, dans les meilleures conditions. Mais le coach Frédéric Fauthoux avait confié se méfier de l’équipe orléanaise. Il ne croyait pas si bien dire car l’OLB a attaqué son match tambour-battant avec un 7-0 signé Marcellus Sommerville-Jonathan Kazadi. Ca n’est que dans le deuxième quart-temps que le PL a trouvé un peu plus de rythme en attaque avec Vincent Poirier et Jason Rich mais sans pour autant parvenir à faire basculer le match (25 partout à la mi-temps).

Et comme Micah Downs n’avait pas dit son dernier mot, le PL a eu du mal au retour des vestiaires. Toutefois la réussite d’un William Gradit (14 points), sans doute auteur de l’une de ses meilleures prestations sous le maillot francilien, a permis de croire à une renverse. Sauf que Kevin Dinal (9 points) et Marcellus Sommerville (17 points), tous deux anciens du PL, ont donné un coup d’accélérateur qui a aidé les visteurs à aborder le money-time avec un petit matelas d’avance (42-50). Match gagné pour Orléans ? Pas vraiment puisque les gros shoots de Jason Rich et la défense agressive du PL les ont encore une fois relancé. Downs a alors arrosé de loin pour éviter un énième retour francilien. Une stratégie pas forcément payante au scoring mais sans conséquence alors même que William Gradit a eu à un moment donné le panier de la gagne entre ses mains.

Au final le PL peut nourrir des regrets dans un match qui était à sa portée mais qu’Orléans a eu le mérite d’aller chercher au mental.

Crédit photo : Ann-Dee Lamour

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.