Pascal Donnadieu : « Important d’avoir un projet collectif »

L’entraineur de la JSF est revenu sur la défaite de son équipe en regrettant notamment le manque d’une certaine solidité collective.

Sur l’analyse du match

« Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire dans les vestiaires, la victoire du Mans est méritée parce qu’ils ont démontré plus de maturité et d’expérience, et plus de constance sur la durée du match. nous aujourd’hui notre problème c’est que j’ai l’impression que l’on se bat de manière désordonnée. On n’est pas assez régulier sur la durée d’un match. Contre une équipe comme Le Mans, on prend deux trois du retard, on revient sur l’énergie, sur l’envie. Globalement, j’ai eu le sentiment que l’on ne sentait pas, comme il y’avait chez nous l’année dernière, cette maitrise collective ».

 

Sur le manque de confiance en soi de l’équipe

« Je pense qu’il est important d’avoir un projet collectif. Ça veut dire se battre ensemble, au même moment, pour les mêmes objectifs et nous on se bat de manière désordonnée. De temps en temps, on met beaucoup d’énergie à revenir, on laisse des forces. On avait bien commencé le match en ciblant leurs points faibles et puis tout d’un coup on oublie qu’il faut les cibler là-dessus et on part un peu dans le désordre. Ça leur permet de prendre confiance. On perd trop souvent le fil du match. On fait trop d’erreurs.

J’ai eu l’occasion de le lui dire, donc je le répète d’autant plus, comment peut-on envisager de faire une faute comme Jo Passave-Ducteil sur la fin du troisième quart-temps ? Il se jette sur le mec comme un malade. Il est à l’image de notre équipe : très généreux, bagarreur quand il faut… Mais face à une équipe comme Le Mans il n’y a pas de place pour l’improvisation.

Ce soir (hier) ils n’ont peut-être pas été fameux mais ils ont su se recadrer. On sent une maturité, ils dégagent quelque chose, une sérénité. Le Mans on est moins fort qu’eux sur le papier donc nous on se doit d’être très rigoureux, très discipliné et de mettre beaucoup d’envie ».

 

Sur Le Mans

« Le Mans c’est un rouleau-compresseur. Kahudi, lui, il a stoppé, il a mis de la densité, un trois points important… C’est normal il est en équipe de France. J’ai trouvé qu’il y avait une grosse maturité au sein de l’équipe. Après c’est normal au vu du cv des joueurs. J’ai beaucoup de respect pour mes joueurs mais il y’a au Mans des joueurs qui ont vécu l’Euroleague…. Sur un match comme ça, ça se sent ».

 

Sur la suite de la compétition

« On se doit d’être inquiet car le championnat est très dense. Quand JD parle de Learders Cup il est bien gentil (sourires). Si ça pouvait être vrai et que l’on pouvait batailler ça voudrait dire que l’on est en route pour le maintien. Moi je n’en suis pas là.

Ce qui me fait peur aussi c’est l’échéance du calendrier. Là va à Orléans, on reçoit Chalon, on va à Cholet et à Strasbourg et on reçoit Gravelines. Je ne sais pas où est-ce que l’on va aller chercher un des cinq derniers matchs. Ce sont des gros adversaires et c’est là justement que l’on va devoir trouver une équipe dans les moments difficiles. Peut-être que l’on va rentrer à la trêve sans avoir réussi à gagner un match. Le calendrier en janvier sera mieux pour nous mais il faut s’accrocher. Cette année il y’a zéro équipe malade».

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.