Pascal Donnadieu : « J’ai trouvé une équipe conquérante »

Le technicien a apprécié le visage offert par ses joueurs face à Chalon.

Sur le discours à la mi-temps et le rôle de Stephen Brun

« Dans ce championnat on doit respecter tout le monde mais n’avoir aucuns complexes et arrêter de regarder les autres. C’est pour ça que Stephen a eu un rôle déterminant. Qu’est ce qu’on risquait en jouant Chalon une équipe normalement sur le papier plus forte que nous ? Alors qu’on perde parce qu’ils sont plus forts, ok, mais que l’on perde parce que l’on est un peu trop respectueux et qu’on n’essaye pas de les bousculer… Surtout que c’était le discours d’avant-match de les bousculer, de les agresser donc à partir du moment où on ne le fait pas c’est frustrant.

On avait, les deux équipes, à peu près le même plan défensif : mettre beaucoup d’agressivité sur les pick and roll et d’aller trapper. Je leur ai juste dit vous voyez Chalon ils ont joué trois matchs en une semaine, ils trappent comme des malades, nous on vous a demandé la même chose et on trappe à 60%. Ce que je leur ai demandé c’était de faire pareil, voir plus. C’est leur victoire. Après on sait très bien qu’ici si on met un peu de folie, un peu d’énergie à l’image de Stephen…

 D’ailleurs j’ai senti que son influence était importante dans le jeu. C’est pour ça que je l’avais remis en début de deuxième mi-temps ; déjà parce qu’il avait senti que ça pouvait le faire et surtout au-delà de ses trois paniers à trois points, avant il fait trois passes décisives à Massie qui lui permettent, lui qui était mal rentré dans le match, cde trouver un peu d’énergie, de faire des efforts derrière. Pour moi il a été presque plus déterminant là-dessus, ses trois points bien sûr sont déclencheurs, mais ça ça nous a fait du bien.

Après comme il l’a dit on a vécu un mois un peu compliqué parce que l’on a été très frustré par rapport à Poitiers. Le Mans et Orléans, bien évidemment il faut respecter la victoire de ces deux équipes, mais avec un soupçon en plus d’y croire vraiment, je pense que l’on aurait vraiment pu en prendre un des deux. Donc ce soir (hier) en deuxième mi-temps j’ai trouvé une équipe conquérante en deuxième mi-temps, une équipe qui était dans l’agressivité, qui avait envie de courir… C’est le jeu que l’on doit pratiquer surtout contre des équipes qui ont trois matchs en une semaine ».

 

Sur le match de David Lighty

« La particularité de David c’est qu’il met 28 points sans rien forcer. Le problème c’est qu’à un moment donné Blake Schilb il avait quatre fautes mais quelque part il pouvait finir le match sans l’agresser. Il faut le secouer pour lui dire Allez David attaques ! Sur le match d’Orléans quand il rate le premier dunk, le premier lay-up après il est sous la torture tout le match malgré le fait qu’on lui dise allez joues c’est pas grave si tu rates. C’est difficile avec lui mais c’est un tel beau joueur, qu’il joue ! ça n’est pas comme si nous on le freinait ».

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.