Pascal Donnadieu : « je ne suis vraiment pas tributaire d’un seul joueur »

Après le festival offensif de son équipe, Pascal Donnadieu avait logiquement le sourire et n’a pas manqué de souligner l’évolution de son équipe.

Sur Ryvon Covile

« Il y’a eu une grosse période d’adaptation on va dire jusque décembre. Lui avait du mal à trouver ses marques et nous à faire en sorte qu’il soit rentable. On a fait le point à la trêve, on a essayé de voir comment on pouvait travailler. Il faut savoir que Ryvon travaille beaucoup en collaboration avec le staff mais aussi avec le préparateur physique. Aujourd’hui le travail paye. Le fait de savoir ce qu’il peut faire et ce qu’il ne peut pas faire permet d’avoir une meilleure relation avec lui. Depuis le mois de janvier, il était à 10 points, 7 rebonds et 13 d’éval avec un gros pourcentage au tir. Bien sur avec le match de ce soir (hier), ça sera encore mieux. Et c’est ce qui fait que l’équipe est encore meilleure depuis le mois de janvier. Il a fait preuve de beaucoup d’humilité. On a fait le choix depuis quelques matches de faire rentrer Jo dans le5 par rapport aux qualités de chacun d’entre eux. Pour un joueur comme lui, c’est bien qu’il l’ait accepté, qu’il se soit remis en cause et qu’aujourd’hui il soit vraiment un joueur d’impact pour nous.  Je tenais à le dire parce que même quand il était dans le bas, au niveau de son comportement et de sa mentalité il n’a jamais baissé les bras ».

 

L’analyse du match

« C’est souvent après qu’on se dit que c’était plus facile. On a souligné les tracas de Hyères-Toulon, on ne va pas faire plus qu’il n’en faut mais c’est toujours une fois que tu as joué ce genre de match, que tu as été très sérieux, très concentré, que tu as fait des efforts défensifs, on s’est rendu le match facile. On sait très bien qu’Hyères-Toulon est dans une situation plus que difficile. Mais pour un coach c’est bien de voir que son équipe ait pu faire le travail proprement, et quasiment tout le match. Malgré tout Hyères-Toulon prend souvent beaucoup de points mais en marque beaucoup aussi. Et là ça fait le quatrième match où l’on prend moins de 70 points avec des adversaires différents. Les secteurs où ils étaient plutôt dominants comme les rebonds, on a dominé. C’est dans la lignée des dernières prestations alors bien sur l’adversaire est plus faible. Mais vu les résultats de ce soir, avec les victoires de Pau et Poitiers, pour l’instant, je regarde en bas et bien en bas. Il n’y a rien de joué. Ça nous permet avec cette mini-trêve de partir sereinement ».

 

Une victoire collective avant tout

« A partir du moment où tout le monde joue le jeu et est cohérent, c’est normal de partager le temps de jeu. Bien sur ce soir (hier), c’était facile parce que je n’avais pas besoin de regarder le score et tout le monde a été cohérent. Mais c’est aussi un peu ce que l’on fait depuis début janvier. On a des rotations beaucoup plus fortes. Avec l’’arrivée de Mamoutou, le profil de l’équipe a complètement changé. C’est ce que j’essaye de leur expliquer, je ne suis vraiment pas tributaire d’un seul joueur. Je peux leur demander de fournir beaucoup d’efforts défensifs parce qu’ils savent que s’ils n’en fournissent pas, le mec derrière sur le banc et qui a les crocs a les capacités de le remplacer. C’est aussi un plus ».

 

Regarder plus haut au classement ?

« Ça n’est pas de la fausse modestie mais depuis janvier on a eu cinq matches. On en avait trois à domicile : Roanne qui est un peu mal en point, Dijon on a su bien cerner mais qui est une équipe un peu comme nous et Hyères-Toulon on en a parlé. Gravelines on a fait un bon match, Strasbourg c’était un peu différent parce qu’il n’y avait ni Mam’ ni Marc Judith. On a relativement bien fait notre travail avec une partie du calendrier favorable que l’on a bien négocié.

C’est vrai que depuis le match de Roanne c’est vraiment intéressant. Ce qui est intéressant c’est que la première partie on sentait que l’on n’était pas trop mal mais il nous manquait quelque part pas mal de choses. Là on a l’impression que l’apprentissage est en train de se faire. On a rectifié quelques problèmes défensifs, l’arrivée de Mam nous a permis d’avoir un registre un peu plus élevé avec un vrai poste 3. L’équipe progresse, c’est-à-dire que ça n’est pas l’équipe de Nanterre du mois de novembre, ni même celle du mois de décembre. Je pense que là on démontre plus de solidité notamment défensivement ».

Tags : , , , ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.