Pascal Donnadieu : « On a donné le bâton pour se faire battre »

Après la défaite de ses joueurs, Pascal Donnadieu a notamment évoqué le manque de rythme de son équipe mais aussi le fait que le maintien restait l’objectif du club.

Sur l’analyse du match

« Nous on a besoin d’être en rythme collectivement des deux côtés du terrain. Ce soir (hier), on sait où ils vont être dangereux, notamment au rebond offensif.  Dans l’agressivité, on est complètement absent pendant quinze minutes. On s’en sort presque miraculeusement avec 5/6 points de retard à la mi-temps. Mais ce soir (hier), on a donné le bâton pour se faire battre. Je ne suis pas convaincu qu’on ait vu un très grand Strasbourg pendant 30 minutes. Simplement nous on n’a été qu’en réaction que quelques minutes au début du troisième quart-temps.  On n’a pas fourni une prestation assez intense, assez dense pour pouvoir prendre les deux points de la victoire ».

 

Sur le match d’Alexis Ajinca

« On connait sa valeur. Heureusement qu’avec  sa carte de visite et ses qualités il soit capable de faire des matches comme ça. En première mi-temps, on prend un peu l’eau de toute part sur des un-contre-un, des situations simples. Mais nos postes 5 ne sont pas seuls responsables des points d’Ajinca. C’est un problème collectif. Effectivement, on l’a rendu injouable après, ça c’est clair en lui permettant  des choses qu’on ne lui permet pas tous les samedis soirs. Sur du poste bas, il en met 2/3 mais il n’en met pas tant que ça. Par contre, là où il nous a fait mal, c’est sur les petits tirs à la périphérie, sur les rebonds, sur les situations à 4/5 mètres. C’est là-dessus qu’il a mis beaucoup de points. Après on peut accepter qu’un mec comme Ajinca mette des points mais il faut être solide derrière ».

 

Sur le calendrier

« Après le HTV je leur donne quelques jours de congés pour qu’ils soufflent un peu parce que je sais qu’après c’est long. Après contre Le Havre, on fait un bon match, il faut encore attendre dix jours pour rejouer. On va me dire c’est pareil pour Strasbourg mais eux c’est un peu différent dans la mesure où ils ont joué mercredi d’avant, coupé après comme nous contre Hyères-Toulon, ils ont repris il n’y a pas longtemps. Ils ont encore du jus. Mais ça serait trop facile pour nous de dire comme il y’a eu une coupure on a perdu à cause de ça. Ça serait débile. Mais ce soir (hier), j’ai ressenti effectivement un manque de rythme parce que ces dix jours ça a peut-être été un peu compliqué à gérer. On s’est peut-être un peu perdu pendant la semaine. On ne voulait pas trop couper parce qu’on l’avait déjà fait pendant la Semaine des AS. Mais est-ce-que ça peut expliquer notre match un peu timoré ? Peut-être. Je ne peux pas l’affirmer ».

 

Sur l’objectif du club

« Depuis la première journée je connais l’objectif. Je sais où on doit aller. Aujourd’hui je préfère être dans ma situation plutôt que celle des trois équipes qui nous suivent. Maintenant je suis aussi lucide sur le fait qu’il n’y ait rien de jouer et que notre travail n’est pas fini. Si on finit quatorzième, treizième ou douzième, je serais le coach le plus heureux du monde parce que pour une première saison ça sera parfait ».

Comments

Commentaires

Comments are closed.