Pascal Donnadieu : « Ne comptez pas sur moi pour dire à tel moment on va lâcher l’Eurocup »

Pour Pascal Donnadieu, il est impensable que Nanterre puisse lâcher l’Eurocup au profit du championnat.

Pascal-Donnadieu-ClaireMacelComment Nanterre aborde cette troisième rencontre d’Eurocup face à Ulm qui pourrait être un peu comme une finale du groupe ?
L’équation elle est très simple pour se qualifier pour le tour suivant il faut gagner quatre matchs. On en a gagné deux, il en reste quatre. Si on gagne face à Ulm, il n’y aura absolument rien de jouer, il faudra encore en gagner un. Et si on perd on ne sera pas condamné. Il est bien évident que dans une poule à quatre c’est bien de gagner tes matchs à domicile. On a pris un bonus en Turquie mais il faut le valider.

Y’a-t’-il le désir de boucler au plus vite la qualification pour ne pas dépendre des résultats des autres comme en Euroleague ?
Il faut déjà pouvoir boucler cette qualification. On a galéré pour gagner les deux premiers matchs. On va jouer le coup à fond mais on est encore loin d’être qualifié.

A un moment donné est-ce-qu’il faudra faire des choix et privilégier certaines compétitions ?
Les gens qui affirment ça qu’ils nous laissent d’abord choisir ce qu’on veut faire. Les gens peuvent juger de nos objectifs mais ils ne peuvent pas les écrire à notre place. Nous aujourd’hui on est en Eurocup c’est une très belle compétition. On avait dit depuis le début de la saison qu’il y’avait une condition pour laquelle on ne jouerait pas les compétitions européennes c’est si on était en danger pour le maintien. Aujourd’hui on ne l’est pas. Ça veut dire quoi, que l’Eurocup on fait semblant de la jouer ? On savait les données du calendrier. On a deux compétitions très intéressantes à jouer c’est l’Eurocup et la Pro A, on joue les deux et on ne pleure pas. S’il y’a un peu de fatigue en fin de match ça fait partie du jeu. Ne comptez pas sur moi pour dire à tel moment on va lâcher l’Eurocup. On lâchera peut-être le dernier match de la saison régulière si on est éliminé. Là ça paraîtrait évident pour tout le monde. Si on est en danger dans quelques mois peut-être que l’on ferra un choix car il y va de la vie du club quelque part. Mais aujourd’hui il faut arrêter de parler à notre place. On ne ferra pas de choix entre l’Eurocup et la Pro A, que ça soit clair pour tout le monde.
On mettra peut-être beaucoup de cadres au repos pour le match de Coupe de France parce que là on vous l’affirme ça n’est pas un objectif prioritaire du tout.

Avec l’enchaînement des compétitions cela doit être un luxe de pouvoir reposer un JNFL à chaque match de Pro A ?
Je ne sais pas si ça en est un mais c’est un choix que l’on avait fait. C’est toujours bien de pouvoir reposer un joueur, de pouvoir pallier éventuellement à une blessure. C’est plus confortable de savoir que l’effectif n’est pas de dix et que s’il y’a un problème on peut remplacer un joueur.

Comment jugez-vous votre adversaire du jour Ulm ?
Ulm c’est très fort. En Allemagne ils ont le droit à autant d’Américains qu’ils veulent. Ils ont Plaisted qui jouait à Limoges l’année dernière. C’est une très belle équipe, ils ont gagné deux fois de vingt points les deux premiers matchs quand nous on a galéré pour battre et Cantu et Izmir. Pour parler de notre dernier match face au Mans, on a fait un match très correct, un très bon match. Ça s’est joué sur des détails notamment sur la fin du troisième quart-temps. Aujourd’hui on est en difficulté sur notre secteur intérieur car on n’a que Jo qui est dans l’intensité, dans le combat. On ne peut pas se permettre d’avoir les autres joueurs du secteur intérieur aussi peu dans l’énergie et la dureté que ce qu »ils ont montré face au Mans.

Crédit photo : Claire Macel

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.