Pascal Donnadieu : « Hors de question de brader le match de Limoges »

Même si la qualif pour les PO est en poche, l’entraineur nanterrien ne veut pas lâcher le dernier match de saison régulière à Limoges.

Pascal-Donnadieu-ClaireMacelSur la qualification en play offs

« C’est une grande fierté. On n’a pas eu un championnat facile au départ. Quand je vois certaines équipes qui sont derrière nous, de grosses cylindrées qui avaient annoncé de grosses ambitions… Forcément ça fait plaisir. C’est une grande joie. C’est vrai qu’ on les touchait du doigt depuis quelques matchs. Mais comme on a perdu ce soir (hier) ça fait un sentiment un peu étrange. Mais il faut vraiment que ce soir (hier) ça soit place à la fête. Savoir que l’on est qualifié pour les play offs et pour la finale de la Coupe de France, quelque soit ce qui va se passer, pour un club comme nous c’est grandiose. C’est quelque chose d’historique ».

 

Sur le match de  mardi contre Limoges

« Comme bien des équipes on a eu deux/trois semaines d’état de grâce pendant lesquelles on a vraiment bien joué. C’était certainement un niveau supérieur à notre niveau réel. Ca ça a demandé beaucoup d’efforts, on a mis un gros coup de collier à ce moment-là. Aujourd’hui on le voit bien, on est un petit peu émoussé. Et là on tombe contre une grosse équipe de Strasbourg. Perdre contre eux il n’y a rien de honteux. Nous c’est notre trente-quatrième match officiel de la saison. L’avantage du match de Limoges c’est justement de ne pas aller puiser dans nos réserves. C’ets pour ç que je suis très satisfait que l’on ait remporté notre qualification ce soir (hier) ».

 

Sur l’adversaire souhaité en play offs

« Je vais être très pragmatique. Il ne faut que l’on joue Strasbourg parce qu’on ne les a jamais battu. De part leurs caractéristiques, je pense que c’est une équipe qui ne nous convient pas, on l’a encore vu ce soir (hier). Aujourd’hui on ne peut pas avoir la prétention de choisir qui l’on préfère jouer entre Gravelines et Chalon. On a toujours bien réussi contre Chalon mais dans des contextes de match un peu particulier. Ce qui est sympa maintenant dans cette situation c’est que là on va jouer Gravelines parce que de toute façon on ne va pas accrocher la septième place. On va finir huitième donc allons-y pour Gravelines. En plus ça sera une très bonne ambiance, on aura rien à perdre, on verra où ça nous mènera mais il faudra que l’on joue sans complexes.  La logique voudrait que l’on ne gagne pas à Limoges et quelque soit le résulta de Cholet-Dijon ça nous mettera huitième.

La difficulté du match de mardi c’est que l’on est confronté à pas mal de choses. Moi j’y tiens beaucoup. Il faut que l’on joue jusqu’au bout. Pourquoi ? Moi je n’apprécierais pas de dépendre du résultat d’une équipe qui, aujourd’hui, ne joue pas le jeu. Il est hors de question de brader le match de Limoges. Après il ne faut pas non plus que l’on soit débile. Déjà on va bien le préparer car le meilleur moyen de bien préparer la finale c’est de jouer sérieusement face à Limoges. Le temps de jeu sera un peu plus réparti que si c’était un match que l’on devait à tout prix prendre. Ca va permettre à Marc Judith de retrouver un peu de rythme, ce qu’il a commencé un peu à faire ce soir (hier). Mais il est hors de question que l’on arrive là-bas en se disant que l’on lâche l’affaire ».

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.